Un des premiers musulmans qui n’est pas d’origine arabe, Salman le Perse est un personnage important de l’islam. Son rôle est tel que le Prophète Muhammad (psl) le surnomme « l’héritier de l’islam ».

 

Une découverte capitale

Salmân Al-Fârisî voit le jour dans la région d’Ispahan. Dès son plus jeune âge, il n’est pas convaincu du bien fondé du zoroastrisme, la religion de son père. Un jour, ce dernier lui confie une mission au domaine. En chemin, le jeune homme passe à proximité d’une église chrétienne et poussé par la curiosité il entre pour en savoir plus sur cette religion. Il s’y intéresse fortement et demande l’origine de cette croyance aux chrétiens. Ceux-ci lui répondent : d’« Ach-Châm ».

De retour auprès de son père, Salmân lui parle de sa découverte de la religion chrétienne tout en lui faisant part de son intérêt. Furieux, le père interdit son fils de sortir et le ligote pour éviter qu’il ne quitte la maison. Mais le garçon parvient finalement à s’enfuir et prendre ensuite la direction d’Ach-Châm avec une caravane.

 

A la recherche de la vérité

Arrivé à destination, Salmân entre en contact avec des responsables religieux et leur demande de rester pour apprendre davantage. Ces derniers acceptent mais le jeune homme ne tarde pas à découvrir qu’un prêtre détourne les biens destinés à l’aumône. A la mort de celui-ci, Salmân Al-Fârisî le dénonce aux chrétiens en leur indiquant le lieu où le prêtre cache son butin. Puis vient le successeur du prêtre : un religieux très pieux, dévoué et vertueux que Salmân estime énormément. Il reste à ses côtés jusqu’au jour de sa mort. Dans les dernières minutes de la vie de celui-ci, Salmân lui demande vers qui il va se tourner. Le prêtre lui suggère alors de rejoindre un autre religieux qui vit sa foi de manière exemplaire à al-Mousil.

Peu de temps après, le jeune homme s’exécute en débarquant à al-Mousil. Il retrouve l’homme en question qui accepte de le prendre sous son aile. Quelques temps après, le religieux meurt à son tour mais avant de donner son dernier souffle, il conseille Salmân d’aller à Nasybîn. Dans cette ville vit un homme qui adopte une conduite parfaite dans la vie et dans la foi. Une fois de plus, le jeune homme suit les recommandations et se rend à Nasybîn. Là, il est de nouveau bien accueilli et séjourne chez l’homme qu’on lui a recommandé. Cependant, celui-ci décède peu de temps après et sur son lit de mort, Salmân lui pose les mêmes questions : « Où dois-je aller ? Que dois-je faire ? ». En réponse, l’homme lui dit d’aller rejoindre un religieux résidant à Amûriyya.

Après l’enterrement, Salmân part à Amûriyya où il rencontre l’homme dont on lui a parlé. Après quelques années, cet homme meurt, mais contrairement aux autres religieux avant lui, il conseille à Salmân de partir en territoire arabe où un Prophète va bientôt faire son apparition. Il lui dévoile également quelques signes afin de le reconnaître.

 

Un compagnon fidèle du Prophète      

Des marchands arabes passent un jour dans la ville. Salmân saisit alors cette occasion pour partir. Alors qu’ils sont en chemin vers le Hijaz, les marchands le trahissent et le vendent comme esclave à un juif. C’est ainsi que Salmân arrive finalement à Médine où il va travailler dans les palmeraies comme récolteur de dattes. Un jour, le prophète Muhammad (psl) passe par là afin de prêcher l’islam. Parti à sa rencontre Salmân réussit à confirmer les signes de la prophétie. Il adopte ensuite l’islam et devient très proche de Muhammad (psl). Celui-ci lui apporte d’ailleurs toute son aide pour l’affranchir de son esclavage.

Même si Salmân est connu pour sa foi inébranlable, il met sa connaissance de l’art de la guerre au profit du Prophète (psl). Ainsi, pendant le siège de Médine, il s’illustre au cours de la bataille du fossé en conseillant au prophète de creuser des tranchées pour protéger la ville. La tactique permet aux musulmans de résister aux attaques de leurs ennemis bien supérieurs en nombre. Salmân va assurer plus tard le gouvernorat de la Perse et cela en étant à la tête de plus de 30 000 soldats.

Author

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *