Le 19 mai 1881 est né Mustafa Kemal Atatürk, 1er président de la République de Turquie (1923-1938). Il est connu pour être le principal artisan de la Turquie moderne.

 

Une formation militaire

Mustafa Kemal Atatürk voit le jour dans la ville grecque de Thessalonique. A l’âge de 12 ans, il intègre le collège militaire de sa ville natale. Une fois son diplôme en poche, il rejoint l’Ecole des Cadets basée à Monastir. Le 13 mars 1899, il fréquente l’école de guerre d’Istanbul et 3 ans plus tard, il obtient le grade de lieutenant. Le militaire poursuit sa formation au sein de l’Académie militaire et reçoit en 1905, le grade de capitaine. En 1907, il adhère au comité Union et Progrès et devient chef d’Etat-Major de la 3ème armée.

 

Des exploits retentissants

A partir de 1911, Mustafa Kemal s’investit pleinement dans son combat contre les agresseurs européens. Placé sous les ordres du chef d’Etat-major à Istanbul, il parvient à repousser l’armée italienne à Tobrouk. Pendant la première guerre balkanique il repousse également les nombreuses offensives des soldats bulgares qui veulent investir la presqu’île de Gallipoli. Au cours de la première guerre mondiale, il s’illustre dans la bataille de Dardanelles en obtenant une victoire décisive sur les alliés. Suite à ce succès, tout l’Empire voit en lui un héros.

 

Un vrai patriote

En 1918, les alliées vainquent l’Empire Ottoman qui signe le traité de Moudros le 30 octobre. Mais Mustafa Kemal ne s’avoue pas vaincu et organise la résistance. Il réorganise l’armée et demande aux paysans de se soulever contre les envahisseurs étrangers. Désavoué par le sultan Mehmed VI, il met en place un gouvernement provisoire en Anatolie et reçoit l’appui des chefs militaires. Une guerre civile éclate entre ses partisans et ceux du sultan mais la signature du traité de Sèvre initiée par ce dernier le 10 août 1920 provoque la colère de la population qui se range du côté des nationalistes. Forts de ce soutien, ces derniers réussissent à vaincre les armées étrangères et finissent par imposer aux alliées la signature d’un nouveau traité. Un document qui reconnait la souveraineté et l’indépendance du pays.

 

Un grand réformateur

Une fois à la tête de la Turquie, Mustafa Kemal entreprend des réformes importantes : abolition du califat, laïcisation de la justice et de l’enseignement, remplacement de l’alphabet arabe par l’alphabet latin, émancipation de la femme, adoption des noms patronymiques,…Sur le plan économique, il développe l’agriculture, met en place des réseaux de communication fiables et encourage la création des premières industries du pays.

Author

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *