Le 12 mai 1881 marque le jour de la signature du traité du Bardo. Officiellement la Tunisie est placée sous la protection de la France.

 

Un prétexte tout trouvé

A l’issue du Congrès de Berlin en 1878, la France obtient l’accord des puissances européennes afin d’occuper la Tunisie. Le temps presse car l’Italie aspire aussi à atteindre cet objectif. En 1881, la France profite d’un incident à la frontière entre la Tunisie et l’Algérie pour envoyer ses troupes. Officiellement, les soldats ont pour mission de poursuivre les Khroumirs, une tribu tunisienne accusée d’avoir causé des troubles en territoire algérien. Le 24 avril, les troupes françaises entrent en Tunisie et 2 jours plus tard elles investissent Le Kef.

 

Les évènements s’accélèrent    

Le 1er mai, les navires de guerre français jettent l’ancre devant Bizerte et le débarquement des troupes se fait sans aucune résistance de la part de l’armée tunisienne. 10 jours après, le général Bréart se présente aux portes de la capitale tunisienne avec plus de 5000 hommes et demande à être reçu par le Bey. Ce dernier reçoit l’officier français le lendemain à 16h. Devant le Bey et ses dignitaires, le général procède à la lecture du traité et impose un ultimatum. A 19h, le Bey signe le traité plaçant ainsi la Tunisie sous protectorat français.

 

Fâcheuses conséquences

En signant ce traité, le Bey confie à la France la défense du territoire, la diplomatie et la réforme de l’administration. Sur le plan international, l’instauration du protectorat pousse l’Italie à signer le traité de la Triple Alliance aux côtés de l’Allemagne et de l’Autriche-Hongrie en 1882.

Author

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *