Socrate n’a fait paraître aucun ouvrage, laissant pour seul héritage son savoir et sa pensée traduits par les œuvres de ses disciples. 

 

Ses débuts

Né vers  -470 à Athènes, Socrate figure parmi les plus grands philosophes que le monde ait connu. Ce défenseur de la philosophie morale a influencé d’illustres philosophes comme Platon et Xénophon. D’origine plutôt modeste, Socrate est le fils d’un sculpteur et d’une sage-femme. Peu de documents retracent sa véritable vie. Toutefois, l’on sait que Socrate acquiert son savoir littéraire auprès d’Anaxagore, un grand philosophe athénien. Ses connaissances dialectiques, il les développe auprès des sophistes, des spécialistes de l’art oratoire et de la rhétorique. Par ailleurs, Socrate serait un penseur plein d’humour et doué de sagesse.

 

Un homme à forte personnalité

Avant de se consacrer à la philosophie, Socrate est hoplite durant trois campagnes militaires pendant la guerre du Péloponnèse. Le conflit est principalement causé par la crainte de l’impérialisme athénien chez les alliés de Sparte. Ainsi, Socrate combat la ligue du Péloponnèse en faisant preuve de courage physique et moral, selon les récits de Platon.

Après la bataille des Arginuses (dernière phase de la guerre), Socrate est nommé prytane et chef de l’assemblée. Plus tard vers -435, le philosophe se lance dans une carrière d’enseignant. Et au lieu d’aborder les grandes académies, il préfère dispenser ses cours dans les rues d’Athènes auprès de la masse populaire.

 

Condamnation à mort

En -399, Socrate est confronté à de lourdes accusations, suite à son opposition à certaines lois athéniennes. De plus, le philosophe est inculpé de corrompre la jeunesse par ses principes et idéologies. Socrate est alors conduit en procès devant 501 juges dont 280 d’entre eux votent en faveur de sa condamnation. Ainsi, Socrate est condamné à mort pour cause de ne pas conformer aux croyances traditionnelles grecques et d’introduire de nouvelles divinités. Le philosophe aura donc passé un mois enchainé dans la prison des Onze avant de subir sa sanction ultime : boire la cigüe.

Author

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *