Le 27 avril 1257 marque le décès de Chajar ad-Durr, la première femme sultane à avoir régné de manière officielle sur le monde arabe. 

 

D’esclave à Sultane

Les origines de Chajar ad-Durr restent floues. Son entrée dans l’histoire est liée à l’exil d’Al-Salih Ayyoub, fils du sultan d’Egypte Al-Kamil. C’est au cours de cet exil (1232-1238) que ce dernier reçoit Chajar ad-Durr comme esclave. Celle-ci conquiert le cœur d’Al-Salih Ayyoub et devient son unique épouse lorsque ce dernier succède à son père. A la mort d’Al-Salih Ayyoub le 21 novembre 1249, Chajar ad-Durr use de stratagème pour cacher la mort du sultan. Elle parvient à réorganiser les troupes égyptiennes et permet à Turan Shah, l’héritier du trône de prendre la succession. Mais une fois au pouvoir, le jeune sultan menace Chajar ad-Durr de lui prendre tous ses biens. Aidée des mamelouks, elle finit par faire tuer Turan Shah et se fait proclamer « sultane ».

 

Une femme à le tête de l’Egypte 

L’accession au trône de Chajar ad-Durr est très mal perçue par le Al-Musta’sim, le calife abbasside de Bagad qui exige qu’un homme prenne la place de la sultane. Les émirs lui obéissent et mettent le mamelouk Al-Mu`izz `Izz ad-Dîn Aybak sur le trône. En fin stratège, Chajar ad-Durr parvient à séduire le nouveau sultan et exige que celui-ci se sépare de son épouse. Durant 7 ans, en raison de fréquents déplacements du sultan c’est Chajar ad-Durr qui a les pleins pouvoirs : elle fait frapper des monnaies en son nom, signe des décrets, s’attribue le nom de sultane…

 

Une fin tragique

En 1257, Chajar ad-Durr apprend que le sultan souhaite prendre une seconde épouse. Ne supportant pas l’idée d’être évincée, elle orchestre l’assassinat de son mari dans les bains du palais. Mais cet acte criminel va précipiter sa chute. Ali, le fils d’Aybak pénètre dans le palais accompagné de ses partisans révoltés. Il capture la sultane et l’emmène de force auprès de sa mère, la première femme d’Aybak. Celle-ci saisit l’occasion pour se venger et ordonne aux esclaves du harem d’asséner des coups de bâton sur la sultane jusqu’à ce que mort s’en suive. Le corps, presque nu de la victime est jeté ensuite en dehors de la Citadelle. Le reste de la dépouille est enterré dans un magnifique mausolée au Caire.

Author

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *