Le 22 avril 2016 marque la signature de l’accord de Paris (COP21) par 174 pays au siège des Nations Unies. C’est la première fois qu’un aussi grand nombre de pays est parvenu à la signature d’un accord en une seule journée.

 

1er accord universel sur le climat

L’accord de Paris fait suite à la conférence de Paris sur le climat qui s’est tenu du 30 novembre au 12 décembre au Bourget. Le texte a reçu l’approbation des 195 délégations présentes à cette conférence. Quatre mois plus tard, le 22 avril 2016, 174 pays se sont réunis à New York afin de signer le premier accord universel sur le changement climatique.

 

Des objectifs ambitieux

L’accord de Paris engage les pays signataires à contenir la hausse de température en dessous de 2°C. Dans la mesure du possible, ces derniers sont invités à continuer sur leur lancée et de maintenir cette hausse à 1, 5 °C. Parmi les objectifs de cet accord figure également le renforcement des capacités d’adaptation aux impacts du changement climatique et la promotion d’un développement qui limite au maximum l’émission de CO2. Enfin, l’accord met aussi l’accent sur le désinvestissement des énergies fossiles.

 

La situation actuelle   

La situation climatique mondiale est aujourd’hui alarmante. On assiste par exemple à une montée du niveau de la mer qui va s’accentuer dans les années à venir. Au niveau température, un record de chaleur a déjà été atteint en 2016. L’air, de plus en plus pollué, rencontre une forte concentration de CO2 qui dépasse 400 ppm, un record jamais atteint jusque-là. Face à ces revers, la planète a tout de même connu quelques avancées en matière d’utilisation d’énergie renouvelable. D’après M. Guterres, secrétaire général de l’ONU, la production d’énergie solaire a augmenté de 50% en 2016.

Author

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *