Son parcours riche et remarquable fait de lui un des plus grands poètes musulmans du XXe et par ailleurs, un philosophe exceptionnel. Après avoir publié différents ouvrages, le père de la pensée iqbalienne s’éteint, le sourire aux lèvres, le 21 avril 1938, âgé de 60 ans.

 

Le poète

Né le 9 novembre 1877, Muhammad Iqbal grandit dans le Pendjab en Inde britannique (Pakistan d’aujourd’hui). Issu d’une caste de brahmanes du Cachemire – de fervents islamistes – il commence l’école à Sagala (actuelle cité de Sialkot).

Le jeune poète ne tarde pas à se faire remarquer par son intelligence et son talent pour l’écriture. Encouragé par ses professeurs, il entame ses études supérieures à Lahore en 1895. C’est alors dans ce grand centre intellectuel de l’époque qu’il découvre la littérature et la pensée occidentales.

Iqbal reflète notamment dans ses œuvres poétiques les gloires passées de l’Islam et dénonce les doctrines négatives et mystiques qui, d’après lui, ont conduit l’Inde aux portes de l’humiliation. On distingue parmi ses œuvres les plus connues l’intitulé « Les Secrets du Soi » (1915) traduit du perse par Eva de Vitray-Meyerovitch et Albin Michel en 2000.

 

Entre le philosophe et l’homme politique

Influencé par l’orientaliste britannique Thomas Arnold, Muhammad Iqbal forge sa carrière de philosophe pendant 3 ans au Trinity College en Angleterre. Ce long séjour en Europe aura également privilégié ses rencontres, notamment avec le fameux philosophe français Henri Bergson et l’islamologue français Louis Massignon.

Toutes ces expériences ont permis à Iqbal, quelques années plus tard, de représenter sa propre conception de la religion islamique à travers différents ouvrages dont la célèbre publication « Reconstruire la pensée religieuse de l’Islam » de 1934. De retour dans son pays natal en 1908, le philosophe intègre le clan des « élites occidentalisées ». Ce qui lui permet de s’initier aux études de droit et à la politique. Ainsi, il devient non seulement un barrister (avocat de haut niveau), mais aussi un homme politique influent, perçu comme le « père spirituel » du Pakistan.

Author

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *