Roxelane grave son empreinte dans l’histoire de l’empire ottoman en devenant la première esclave affranchie élevée au rang de sultane. Inspirant de nombreuses œuvres artistiques et littéraires, l’élue de Soliman le Magnifique meurt le 18 avril 1558.

 

D’esclave à épouse légitime du sultan

Née vers 1504, Roxelane est d’abord connue sous le nom d’Alexandra Lisovska. Adolescente, la jeune femme est capturée et soumise à l’empire ottoman à Constantinople. Roxelane devient alors esclave jusqu’à ce qu’elle entre au harem du sultan Soliman le Magnifique en septembre 1520, alors que ce dernier entre dans la phase d’accession au trône.

La jeune femme ne tarde pas à se faire remarquer par le prince en l’envoûtant par son charme et sa jovialité. Ce qui lui a même valu son surnom Hürrem signifiant « la joyeuse ». Ainsi, Roxelane devient la favorite du sultan, quitte à le rendre complètement épris d’amour pour elle. Dès lors, Soliman affranchit sa bien-aimée en 1534 et l’élève au rang de sultane en la prenant pour épouse légitime. Le couple souverain engendre six enfants, dont cinq fils et une fille.

 

Une femme influente et active dans la vie sociopolitique

Roxelane brise la tradition en étant la première esclave à bénéficier d’autant de privilèges. C’est donc avec fierté qu’elle porte son titre d’Haseki ou « sultane consort ». Femme dévouée, elle joue le rôle de conseillère auprès de son époux et intervient également dans les affaires d’Etat, notamment dans les relations étrangères.

Par ailleurs, la sultane Hürrem s’implique énormément dans le développement social. Elle est à l’origine de la mise en place de différentes infrastructures telles que des écoles coraniques, des mosquées, des bains et un hôpital pour femmes situé près du marché aux esclaves.

Elle vient également en aide aux personnes défavorisées de Jérusalem et de La Mecque en organisant des repas populaires. Roxelane se révèlera comme l’une des femmes les plus puissantes de l’histoire de l’empire ottoman avant de s’éteindre le 18 avril 1558, suite à une pleurésie. Sa dépouille est inhumée dans un mausolée orné de tuiles d’Iznik, bâti dans la mosquée Süleymaniye.

Author

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *