Voilà 51 ans que le fervent défenseur des droits civiques des noirs, le révérend Martin Luther King s’est éteint, marquant à jamais le monde par son rêve de voir une nation unie où noirs et blancs vivent en toute fraternité.

 

Une mort tragique

Le 4 avril 1968, alors que le révérend se tenait sur le balcon de sa chambre d’hôtel à Memphis, un coup de feu alerte tout le quartier et crée un mouvement de panique général. Luther King vient d’être agressé sous les yeux de ses collègues qui l’attendaient au bas de l’hôtel où il résidait. Le pasteur est évacué d’urgence à l’hôpital St Joseph, mais ne réussit pas à survivre.

Selon les témoins, l’assassin se tenait au deuxième étage de l’hôtel d’en face, pointant son fusil sur le pasteur. La police rapporte que l’accusé est un délinquant récidiviste blanc dénommé James Earl Ray. Ayant plaidé coupable, celui-ci est condamné à 99 ans de prison. Mais l’enquête reprend suite à une révélation troublante de l’accusé selon laquelle il est innocent et dénonce un complot entre le FBI et la police de Memphis. 11 ans plus tard, on tire finalement la conclusion que l’attentat contre le pasteur est effectivement l’objet d’une conspiration.

 

Dernier hommage

La disparition de Martin Luther King est aussi bouleversante pour les Etats-Unis que pour le reste du monde. C’est à travers une longue marche silencieuse que les partisans du pasteur lui ont rendu un dernier hommage le jour du 9 avril 1968. Le mouvement rassemble près de cent cinquante mille personnes dont plusieurs grandes personnalités.

Les obsèques se déroulent à Atlanta, la ville natale du leader noir. Durant la grande marche, le corps du défunt est mis sur une charrette de paysan tirée par deux mules. Pendant près de neuf heures, la foule s’est unie à travers le chant des hymnes le long d’un trajet de six kilomètres. Des extraits des dernières prédications du pasteur sont également diffusés au cours du service funèbre. On note parmi ses phrases les plus mémorables : « Dites que j’ai essayé d’aimer et de servir l’humanité ».

 

Des émeutes

A la mort poignante d’un homme juste et vaillant, on ne peut s’attendre qu’aux pires réactions. La tragédie a provoqué des émeutes partout aux Etats-Unis, malgré plusieurs appels au calme du Président  américain de l’époque, Johnson.

La rage est à son comble et la violence explose de partout (125 villes au total) : incendies volontaires, pillages et saccages de magasins, provocation des forces de l’ordre… L’émeute raciale dure près d’une semaine, faisant de nombreux morts. Par ailleurs, le Président Johnson déclare officiellement la journée du 7 avril comme jour de commémoration du pasteur Martin Luther King, Jr.

Author

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *