Le 6 février, on rend hommage à Ibn Baja ou Abu Bakr Mohammed ben Yahya ben as-Sayegh, connu dans le monde occidental sous le nom Avempace. Musicien, poète, philosophe, mathématicien, astronome, médecin, botaniste et apiculteur, il réussit également à se frayer un chemin dans la politique.

 

Un intellect

L’année de naissance d’Avempace est estimée entre 1077 et 1082, en Andalousie. Également surnommé Ibn al-Sayegh qui signifie fils du bijoutier, il passe sa vie à l’étude des sciences, à l’instar des mathématiques, de la médecine, de la philosophie, de l’astronomie.. Mais Avempace est également un poète et un musicien. Aujourd’hui encore, il est considéré comme l’un des pères du muwassah, un genre musical typique de l’Andalousie.

 

Un politicien

Entre 1114 et 1116, Avempace embrasse une carrière politique quand il devient vizir à Saragosse, sous Abu Bakr Ibrahim. À la défaite de ce dernier, suite à la conquête d’Alphonse I, il s’établit à Séville, à Grenade, puis à Fès où il occupe le poste de médecin à la Cour des Almoravides. S’étant fait beaucoup d’ennemis, il se trouve accusé d’athéisme et d’incompétence. En 1138, ses ennemis finissent par avoir raison de lui : il trouve la mort à la suite d’un empoisonnement.

 

Tout un héritage

Outre ses critiques et réflexions sur la thèse astronomique de Ptolémée, Ibn Baja est également l’auteur d’une trentaine d’ouvrages littéraires et scientifiques, dont certains sont traduits en Latine et en langue hébraïque. Parmi ses œuvres : Rissalat al-Widae (Lettre d’adieu) ; Rissalat tadbir al-Mutawahid (Lettre d’un monothéiste) ; Taaliq fi al-Handassa wa ‘Ilm al-Hay’a qui apporte des commentaires sur la géométrie et la cosmographie ; une exégèse du livre L’ouïe naturelle d’Aristote.

Author

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *