Figure de proue du mouvement pour l’indépendance de l’Inde et défenseur de la « non-violence active» Ghandi est assassiné par un extrémiste hindou le 30 janvier 1948. Retour sur cette journée qui a émeut la terre entière :

 

Un homme de paix

Après avoir combattu pour l’émancipation de son pays, Mohandas Karamchand Gandhi assiste avec effroi à la guerre sanglante qui oppose ses concitoyens musulmans et hindous. Homme de paix et inlassable, il multiplie les initiatives visant à réconcilier les adeptes des deux religions mais en vain.

En août 1947, la situation s’empire puisque les exactions commises par les fanatiques de sa communauté contre la minorité musulmane ne cessent d’augmenter. Pour calmer la situation, le guide spirituel se rend à Mehrauli, près de Delhi, le 27 janvier 1948. Il y visite une mosquée afin de rassurer les fidèles qui redoutent de nouvelles attaques.

 

Un odieux assassinat

La position de Gandhi dans ce conflit intercommunautaire est sévèrement critiquée par les extrémistes hindous qui l’accusent de trahison. Cela ne l’empêche pas pour autant de continuer son combat. Le 29 janvier 1948, il entame alors une grève de faim en espérant que son geste va convaincre les protagonistes à déposer les armes.

Mais le lendemain, un événement tragique se produit. Alors qu’il se rend à une réunion de prières, un nationaliste hindou brandit un revolver sur lui. Tiré à bout portant, le guide spirituel essuie quatre balles dont l’une atteint son cœur. Il s’écroule alors au milieu de l’allée d’au moins 500 fidèles dans les jardins de Burla House, à New Dehli. Son décès est annoncé quelques heures après, il avait 78 ans.

 

Des hommages

Le jour des funérailles, plusieurs centaines de milliers de personnes inondent les rues de New Dehli pour rendre un dernier hommage à Mahatma. Le cortège funèbre parcourt une dizaine de kilomètres, dans le plus profond silence allant de Birla House au fleuve de Jumma. Le corps de Gandhi est ensuite incinéré sur les bords du fleuve selon sa volonté. Ses cendres sont dispersées dans le Gange, quarante-neuf ans plus tard.

En Inde, Gandhi est considéré comme le « père de la nation » et la date de son anniversaire (le 2 octobre) est instituée Fête nationale. Par ailleurs, le gouvernement indien accorde chaque année le Gandhi Peace Prize à des personnalités ayant marqué le monde dont Nelson Mandela. De son côté, l’Assemblée générale des Nations Unies vote le 15 juin 2007, à l’unanimité, l’instauration du 2 octobre comme « journée internationale de la non-violence ».

Author

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *