La date du 28 janvier 1911 se rapporte à la naissance de Mahmoud Messadi, un homme politique tunisien, mais surtout un écrivain hors pair que beaucoup considèrent comme l’un des pères de la littérature arabe contemporaine.

 

L’homme politique

Mahmoud Messadi entame sa carrière politique dans le Néo-Destour, puis l’Union générale tunisienne du travail. Dans la Tunisie indépendante, il occupe le poste de Secrétaire d’État à l’Éducation nationale au cours duquel il met en place le bilinguisme dans l’enseignement et la création d’une université tunisienne. Par la suite, il devient inspecteur général de l’enseignement, puis ministre des Affaires culturelles.

 

L’écrivain

Mahmoud est surtout un écrivain particulièrement habile dans le maniement d’une syntaxe sobre qui tente un retour vers le sens originel des mots afin de conjuguer toute l’ampleur de la littérature orientale avec la quête de l’absolu qui anime les productions occidentales. Tout au long de sa carrière dans l’enseignement, il tente d’inculquer cette même conception de la littérature en mettant en avant la conscientisation, la recherche de soi et la construction chez ses élèves et étudiants ; au lieu de se cantonner aux méthodes pédagogiques trop ordinaires à son goût. Ce côté philosophique de sa personnalité se perçoit dans son ouvrage le plus connu intitulé Le Barrage (Essoud) qui révèle un mélange de drame et de questionnement existentialiste

 

L’honorable

À deux reprises, Mahmoud Messadi obtient un siège au Conseil exécutif de l’Unesco et de l’Académie de la langue arabe. En 1994, il obtient le Prix de la culture maghrébine et en 2003, le ministre de la Culture tunisienne publie un recueil de ses œuvres dans 4 volumes d’ouvrages. Il décède le 16 décembre 2014 à 93 ans et recevra, en 2005, un Docteur honoris causa à titre posthume de l’Université de La Manouba.

Author

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *