Le chanteur algérien d’expression kabyle : Lounis Aït Menguellet est né le 17 janvier 1950 à Ighil Bouammas, dans la commune d’Iboudraren, en Haute Kabylie. Retour sur le parcours de l’un des artistes les plus populaires de la chanson berbère contemporaine.

 

Un poète

Si Abdenbi Aït Menguellet, de son vrai nom, est aujourd’hui l’un des chanteurs algériens les plus influents ce n’est pas seulement pour sa voix envoûtante ou son charme indéniable. Non, c’est surtout grâce à cette sagesse qu’il dégage à travers ses chansons. Et pourtant, il ne se considère ni philosophe, ni penseur mais seulement poète. « Je ne fais que de l’observation. Elle peut être juste ou fausse. Mes mots ne sont pas des vérités générales. Mais, quand je les dis, ça me fait du bien » a-t-il expliqué.

 

Un militant

Les spécialistes scindent l’œuvre (composée de plus de 200) de Lounis Aït Menguellet en deux selon les thèmes traités. D’une part les chansons sentimentales qui sont plus courtes et de l’autre, celles qui sont plutôt politisées et plus longues. Ces dernières nécessitent une interprétation profonde de la part de l’auditoire comme Idul s anga a nruh (Le chemin est long), Ay agu (Brume) ou encore Nekwni s warrac n Ledzayer (Nous, les enfants d’Algérie).

S’il affirme ne pas faire de la politique, Lounis est conscient du rôle que peut jouer la chanson pour la sauvegarde la langue kabyle. Il est actuellement l’un des symboles de la revendication identitaire berbère après Matoub Lounes. « La chanson a toujours porté à bout de bras l’âme kabyle, l’essence algérienne. Il y a plein de kabyles qui ont appris leur langue grâce à la chanson… La langue, c’est la mère, la terre » a-t-il rappelé.

Author

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *