Le 10 janvier 2016, la Tunisie pleure la perte de l’un de ses érudits : Abbas Bahri. L’homme de sciences et mathématicien de génie s’est éteint à l’âge de 61 ans après quatre années de lutte acharnée contre une longue maladie.

 

Ses études

Abbas Bahri est né le 1er janvier 1955 à Tunis. Après avoir passé son enfance en Tunisie, il rejoint Paris et poursuit son éducation au lycée Saint-Louis. En 1974, il devient l’un des deux premiers tunisiens à intégrer la filière mathématiques de l’Ecole normale supérieure de la rue d’Ulm. Sept ans plus tard, il obtient son doctorat d’Etat en mathématiques à l’université Pierre-et-Marie-Curie de Paris sous la direction d’Haïm Brezis. Il devient ensuite chercheur-visiteur à l’université de Chicago.

 

Son parcours professionnel

En 1981, Bahri occupe le poste de maître de conférences en mathématiques à l’Université de Tunis. En parallèle, il donne un cours d’analyse aux élèves de deuxième année en mathématiques et physique. Trois ans plus tard, il enseigne en tant que maître de conférences au Centre de mathématiques de l’Ecole polytechnique. Il rejoint ensuite les Etats-Unis où il obtient le poste de professeur à l’Université Rutgers (New Jersey) et dirige ensuite jusqu’en 2010 le Center for Nonlinear Analysis. En 2014 et 2015, il délivre un cours à l’école doctorale de l’Ecole polytechnique de Tunisie.

 

Ses recherches

En tant que chercheur, Bahri traite le calcul des variations, les équations aux dérivées partielles et la géométrie différentielle. C’est à lui qu’on doit la nouvelle méthode de calcul de variations basée sur les points critiques à l’infini. Constituant un progrès fondamental en mathématiques, ce travail lui permet de remporter le Prix Fermat de l’institut de mathématiques de Toulouse, en 1989, avec Kenneth Alan Ribet. La même année, il décroche également le prix de Langevin de l’Académie des sciences de Paris.

Author

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *