Contrairement aux autres histoires dans le Coran, celle du Prophète Joseph est relatée dans une seule sourate : la douzième qui porte son nom. Composée de 112 versets, elle a été révélée au Prophète Muhammad (psl) à La Mecque lors de « l’année du chagrin ». Plus qu’un récit passionnant, elle dégage une morale aux sens multiples.

 

Un rêve

Joseph (Yusuf) est le fils du prophète Jacob (psl) et de Rachel. Sa mère décède à la mise au monde de son petit-frère, Benjamin, mais il a dix demi-frères. Enfant, il fait souvent des rêves prémonitoires. Parmi eux, « Joseph dit à son père : « Ô mon père !  J’ai vu, en rêve, onze étoiles, et aussi le soleil et la lune ; je les ai vus prosternés devant moi. » (Coran 12:4)

Pour Jacob, ce rêve est le signe d’un destin exceptionnel pour le jeune garçon. Mais il redoute la réaction de ses fils aînés qui sont déjà jaloux de sa relation avec Joseph. Certes, le prophète se montrait équitable avec son entourage mais il avait toujours eu une attention particulière pour ce dernier. Craignant le pire, Jacob demande alors à son fils de ne pas parler de sa vision à ses frères.

 

Des épreuves

Mais la jalousie a pris le dessus chez les dix autres fils de Jacob qui, sans même avoir eu connaissance du rêve, décident d’éliminer Joseph. Un jour, ils l’emmènent avec eux dans le désert pour exécuter leur plan. Mais l’un des frères, ne voulant pas le tuer, suggère qu’il vaut mieux l’abandonner. Ils le jettent alors dans un puits et ramènent sa tunique entachée de sang à leur père en lui faisant croire que Joseph a été tué par une bête sauvage.

Joseph est récupéré par des caravaniers qui le vendent comme esclave à un égyptien du nom de « Al Aziz ». Le jeune homme se fait remarquer par son honnêteté et sa noblesse. Il gagne ainsi la confiance de son maître qui lui confie la charge de ses finances. Par ailleurs, sa beauté exceptionnelle ne passe pas non plus inaperçue. Captivée, la femme d’Al-Aziz tente de le séduire mais Joseph ne cède pas à ses avances. Elle le présente ensuite à ses amies qui tombent aussi rapidement sous le charme mais il résiste toujours. Ces dernières complotent alors contre lui et le jettent en prison.

 

Un destin

En prison, Joseph partage sa cellule avec deux hommes qui lui demandent d’interpréter leur rêve. Après les avoir écoutés, il prédit la mort de l’un et annonce l’avenir de l’autre auprès de la famille royale. Et ses prédictions se réalisent : l’un des deux hommes a été crucifié et l’autre est devenu serviteur du roi. Quelques années plus tard, ce dernier rend visite à Joseph en prison et lui demande d’interpréter le rêve de son souverain. Ce dernier accepte et surprend le roi car en plus de donner une signification à son rêve, il lui avance aussi un plan d’action. Le souverain le libère alors mais Joseph refuse de sortir de la prison tant que son innocence n’est pas prouvée. Une enquête a alors été lancée et la vérité a éclaté.

Libéré, Joseph est accueilli par le roi qui, impressionné par sa personnalité, lui confère le poste du ministre des finances d’Egypte. Il gère tellement bien les dépôts du pays qu’il réussit à constituer des réserves. Quand la sécheresse frappe la zone, les gens affluent en Egypte pour s’approvisionner. Parmi eux, ses dix frères qui ne le reconnaissent pas. Joseph les accueille avec courtoisie et pose des questions sur leur famille. Il réclame ensuite à ce qu’ils emmènent leur plus jeune frère sinon il ne donnera rien. N’ayant pas le choix, les dix hommes exécutent : ils rentrent chez eux et retournent en Egypte avec Benjamin.

 

Une retrouvaille

Comme convenu, le ministre accepte de donner des grains à ses frères. Mais au moment où ces derniers s’apprêtent à partir, un des serviteurs crie : « Ô caravaniers!  Vous n’êtes que des voleurs! » (Coran 12:70). Les sacs remplis de grains sont ainsi fouillés et c’est avec stupéfaction que ses frères découvrent un bol d’or appartenant au roi dans le sac de Benjamin. Joseph, l’initiateur de cette mascarade pour pouvoir garder son jeune frère, annonce que celui qui a volé devient son esclave. A l’annonce de cette sentence, l’un de ses frères propose de prendre la place du condamné mais sa requête est refusée.

Quelques années plus tard, les fils de Jacob entament un nouveau voyage en Egypte. Ils se présentent devant le ministre mais cette fois-ci, ils semblent plus affaiblis et pauvres. Ne pouvant rester indifférent à cette situation, Joseph dévoile son identité en demandant à ses frères : « Savez-vous ce que vous avez fait à Joseph et à son frère par votre ignorance ? » (Coran 12.89). Conscients de leurs péchés, ces derniers lui demandent pardon. Le ministre accepte et fait en sorte de réunir sa famille : « Entrez en Egypte en toute sécurité, si Dieu le veut ! » (Coran 12.99)

Author

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *