Le 26 décembre 2004, l’Océan Indien est frappé par un puissant séisme suivi d’un raz-de-marée dévastateur faisant plus de 220.000 morts. Quatorze ans plus tard, retour sur l’un des pires cataclysmes que le monde ait connu.

 

Un puissant séisme

A 7h58 (heure locale), ce matin –là, un tremblement de terre secoue l’Océan indien. Son épicentre se trouve à 250 kilomètres au sud-ouest de l’île indonésienne de Sumatra. Si les autorités locales estiment sa magnitude à 6,4 sur l’échelle de Richter, elles la revoient rapidement à la hausse : entre 9 et 9,3. La puissance de la secousse équivaut à celle de 23.000 bombes atomiques simultanées faisant de ce séisme l’un des plus puissants jamais enregistrés à ce jour.

 

Un tsunami dévastateur

Quelques minutes plus tard, la mer se retire brusquement à plusieurs mètres de sa position normale. Ressentant le danger, de nombreux animaux commencent à s’enfuir dans la forêt et à monter sur les arbres. Les autres, utilisés par les habitants comme les éléphants, s’agitent et sont incontrôlables. Pendant ce temps, de nombreux curieux se sont rapprochés de la plage pour comprendre ce qui se passe. C’est là, qu’une première vague de 15 à 20 mètres se rapproche à toute vitesse (50km/h) des côtes d’Aceh (dans le nord de l’île de Sumatra). Plus tard, c’est une vague monstre atteignant les 35 mètres de hauteur qui fait son apparition. Elle s’abat à son tour sur l’île indonésienne avant de déferler sur l’ensemble du littoral frappant sur son passage : la Thaïlande, le Sri Lanka, la Birmanie et l’Inde.

 

Un bilan catastrophique

Etant la plus touchée, l’Indonésie enregistre le plus grand nombre de victimes : 170.000 morts dont principalement à Sumatra.  Le Sri Lanka enregistre environ 31.000 décès, l’Inde près de 16.400 et la Thaïlande aux alentours de 5.400. A cela s’ajoutent une centaine de morts dans d’autres pays asiatiques (les Maldives, la Malaisie et la Birmanie) et plus de 300 recensés dans quelques pays africains (dix en Tanzanie et une au Kenya). Selon les Nations Unies, la catastrophe a fait plus de 220.000 décès, près de 125.000 blessés, environ 56.000 disparus et 1,69 million de déplacés.

Author

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *