Le 24 décembre 1951, la Libye devient le premier pays maghrébin à obtenir son indépendance. Retour sur cet événement historique :

 

Une déclaration historique

Ancienne colonie italienne, la Libye passe sous le joug des français et des britanniques depuis de la fin de la Seconde guerre mondiale. Mais en 1949, l’Assemblée générale de l’ONU vote pour la constitution d’un Etat souverain incluant les provinces de la Cyrénaïque, de la Tripolitaine et de Fezzan.

Un an plus tard, les députés de ces trois provinces se réunissent à Tripoli. A l’issu de cette rencontre, Idriss al-Senoussi, appartenant à une puissante dynastie du pays, est désigné : roi de la nation. Mais il faudra attendre une année de plus que pour que l’indépendance de la Libye soit effective. L’annonce est faite, le 24 décembre 1951 à Benghazi, par le souverain : « Nous proclamons solennellement au peuple de Libye qu’en récompense de ses efforts (…), notre pays bien aimé a, avec l’aide de Dieu, accédé à l’indépendance ».

 

Célébration interdite pendant 42 ans

Cette déclaration est historique dans le sens où la Libye devient le premier pays du Maghreb à obtenir son indépendance. Par ailleurs, cet événement est une plaque tournante dans l’histoire du pays qui, depuis sa conquête par les ottomans en 1551, a toujours vécu sous domination étrangère.

Toutefois, cette date qui marque l’indépendance libyenne est retirée du calendrier officiel du pays à l’arrivée au pouvoir de Mouammar Khadafi en 1969. Seul le 1er septembre, anniversaire du coup d’Etat perpétré par le colonel, était institué fête nationale. Il faudra attendre sa chute, en 2011, pour que les libyens puisse célébrer de nouveau l’indépendance de leur pays.

Author

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *