Le 23 décembre 2015 s’est éteint l’un des pères de l’indépendance de l’Algérie : Hocine Aït Ahmed. Retour sur le parcours de l’historique opposant algérien.

 

Un militant.

Hocine est né le 20 août 1926 à Aïn El-Hamam, en Grande Kabylie. Imprégné du credo républicain dès son jeune âge, il adhère au Parti du peuple algérien alors qu’il est toujours au lycée. En 1945, après les massacres de Sétif, il devient particulièrement actif en Kabylie et accède à de nombreuses responsabilités politiques. Il devient ensuite membre fondateur de l’Organisation spéciale et assure sa direction suite au décès de Mohamed Belouizad. Mais recherché par les autorités coloniales, Hocine part s’exiler au Caire en 1952.

 

Un diplomate

Convaincu que la diplomatie permet de rendre visible au niveau international le « mouvement de libération », il parcourt de nombreux pays (Birmanie, Pakistan, Inde et Indonésie) dans le but de créer des comités de soutien. Il devient ensuite le porte-parole du Front de Libération Nationale (FLN) auprès de l’ONU et le représente durant la conférence de Bandung en 1955. Un an plus tard, il ouvre et dirige le bureau de la délégation du FLN à New York mais se fait arrêter le mois d’octobre de la même année par les autorités françaises. Il est alors mis en détention jusqu’en mars 1962.

 

Un politicien

Une fois libéré, Hocine prend ses distances avec ses anciens compagnons d’armes avant de s’exiler à Paris puis en Suisse. Il revient toutefois à Alger en septembre 1962 et entend endosser le rôle de l’opposition en créant le Front des forces socialistes (FSS) en 1963. Accusé d’avoir mené une contre-révolution, il est condamné à la peine capitale en 1964 mais parvient à s’évader de la prison. Il participe à l’élection présidentielle algérienne en avril 1999 mais doit renoncer suite à une crise cardiaque. Il retourne alors à Lausanne (Suisse) où il continue à participer à la vie politique de son pays via les médias.

Author

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *