Ibrahim correspond au personnage d’Abraham de la Genèse. Bien que la tradition musulmane ne raconte pas sa vie en détails, elle rapporte toutefois des faits importants.

 

Le chemin vers la lumière

Le coran indique qu’il est le fils d’Azar, vizir du roi d’Ur, en Mésopotamie, et gardien du temple des idoles. Il évoque également la soif de vérité d’Ibrahim sur ses origines, ce qui l’a conduit à la découverte de la foi monothéiste. Selon le livre saint, il aurait d’abord désigné une étoile, puis la lune et enfin le soleil comme seigneur avant de comprendre que le Dieu est au-delà de tout cela, c’est « Celui qui a créé (à partir du néant) les cieux et la terre ». Il commence à partir de là à montrer aux gens l’erreur de leurs croyances mais ces derniers s’obstinent.

 

Le décret divin

Un jour, Ibrahim profite de l’absence de ses contemporains pour détruire les idoles dans son village à l’exception de l’une d’entre elles. Il place la hache qu’il a utilisée dans la main de celle-ci et l’accuse d’être la responsable du désastre quand les gardiens sont revenus. Il défie alors ces derniers à la faire témoigner et cherche ainsi à démontrer que les idoles qu’ils vénèrent tant ne sont que de simples statues et non des êtres divins. Il finit néanmoins par être condamné au bûcher mais une intervention divine le sauve de la torture. Il est alors libéré mais forcé à quitter la terre babylonienne.

 

Le sacrifice        

Outre son hanafisme (monothéisme), Ibrahim s’est aussi distingué par sa soumission inconditionnelle à Allah. La tradition rapporte ainsi qu’un jour, le vieil homme reçoit l’ordre divin de sacrifier son fils unique : Ismaël. Malgré sa peine de devoir perdre son bien-aimé, il s’exécute et emmène son enfant à Mina, une plaine près de La Mecque. Mais au moment où il s’apprête à l’égorger, l’archange Djibril substitue à l’enfant un mouton : cet épisode est commémoré, chaque année, par l’Aïd al-adha.

 

Le modèle à suivre

Pour cette dévotion, Ibrahim est représenté comme le modèle à suivre pour les croyants et occupe un rôle important dans le coran.  Son nom y est ainsi cité 69 fois et est attribué à la sourate 14. Dieu l’a d’ailleurs élevé comme son ami privilégié d’où son appellation Khalil Allah : « Qui est meilleur en religion que celui qui soumet à Allah son être, tout en se conformant à la Loi révélée et suivant la religion d’Abraham, homme de droiture ? Et Allah avait pris Abraham pour ami privilégié ». Et, c’est de sa lignée que vont appartenir les Prophètes : parmi eux Muhammad (psl), descendant d’Ismaël.

Author

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *