Le 11 décembre 1911 a vu le jour l’intellectuel réputé d’Egypte : Naguib Mahfouz. Retour sur le parcours du premier écrivain arabe à obtenir le prix Nobel de littérature.

 

Une passion

Né au Caire, Naguib découvre sa passion pour l’écriture dès son plus jeune âge. Ainsi, il commence à écrire à l’âge de 17 ans et à publier des essais au début des années 1930. Neuf ans plus tard, il sort sa première nouvelle : « Un souffle de folie » avant de se consacrer sur la réécriture romanesque de l’histoire de l’Egypte. Mais le succès n’est pas au rendez-vous pour ses quelques romans centrés sur l’Egypte pharaonique. Loin d’être découragé, Naguib s’oriente vers les romans réalistes ayant pour cadre le Caire contemporain et sort Passage des miracles en 1947 et Vienne la nuit en 1949.

 

Une œuvre principale

En 1950, Naguib entame l’écriture de Impasse des deux palais (Bayn al-Qasrayan) qui raconte la vie d’un patriarche et de sa famille au Caire mêlée à la fresque historique du pays des pharaons. Il poursuit le récit dans deux autres livres : Le palais du désir (Qsar al-Shawq) et Le jardin du passé (Al-Sokkariyya). Les trois romans sont ensuite regroupés dans la Trilogie du Caire qui est publiée en 1956-1957. L’ensemble qui fait plus de 1.500 pages est reçu positivement par la critique et obtient un important écho auprès du grand public. A partir de là, l’auteur est finalement reconnu.

 

Une polémique

En 1959, il publie Les enfants de notre quartier (Awlâd hâratinâ) où il critique de façon allégorique les dérives autoritaires du régime de Nasser. L’ouvrage est mal reçu par les oulémas qui dénoncent des propos blasphématoires. Il est diffusé en feuilleton dans le quotidien al-Ahram avant d’être interdit de diffusion officieusement dans le pays en 1967. Mais cela ne fait que forger sa réputation, il multiplie d’ailleurs les romans et les recueils dont Le Voleur et les chiens (1961), La voie (1964), Le Mendiant (1965), Dérives sur le Nil (1965), Miramar (1966), Histoire sans queue ni tête (1971)… En 1988, il obtient le prix Nobel de littérature faisant de lui le premier écrivain arabe à recevoir ce prix.

Author

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *