Le 8 décembre 1922 voit le jour Najm oud-Dine Bammate, l’écrivain, linguiste et islamologue franco-afghan considéré comme une des hautes figures de l’Islam contemporain.  

 

Un intellectuel

Né à Paris le 8 décembre 1922, Nadjm oud-Dine Bammate vient d’une famille musulmane du Caucase du Nord, plus tard naturalisée afghane. En 1947,  il est nommé délégué de l’Afghanistan à l’ONU et commence ses trente années de carrière à l’UNESCO dans le pôle Orient-Occident. Jusqu’en 1979, il y occupera plusieurs postes comme Directeur de la Division de philosophie et sciences humaines ou encore Directeur du département culturel, avant de devenir finalement conseiller spécial auprès du Directeur général pour la Culture et la Communication. Parlant une douzaine de langues, il est très sollicité par les promoteurs du dialogue interreligieux et participe ainsi à de nombreuses réunions internationales interculturelles.

Il est par ailleurs professeur d’islamologie à l’université de Paris VII, Jussieu, et de Paris IV, Sorbonne, mais aussi ambassadeur de l’organisation de la Conférence Islamique et Président de l’Association éducative et culturelle des musulmans de France. À partir de 1983, il s’occupe de l’émission télévisée islamique en tant que producteur délégué à TF1. C’est dans ce cadre qu’il enregistre plusieurs émissions pour France Culture en collaboration avec Eva de Vitray-Meyerovitch, la spécialiste du soufisme et de Jalâl ud Dîn Rûmî.

 

Un promoteur de l’islam contemporain

En tant qu’islamologue, il avance la conception selon laquelle il est nécessaire de concilier dans l’islam « l’authenticité et la modernité ». En effet, sa vision de la religion repose sur l’idée que la civilisation musulmane a toutes les possibilités de s’adapter à la modernité. Bien que Nadjm oud-dine ait publié de nombreux d’articles au cours de sa carrière, il privilégie la communication orale.

Pour ses interlocuteurs, son discours est tourné vers l’universel et cherche à dépasser les frontières confessionnelles et politiques. Mais ses livres sont encore à l’état de projets lorsqu’il quitte subitement ce monde le 15 janvier 1985 dans le métro de Paris. Et c’est à Timour, son frère, et à Marianne, épouse de celui-ci, qu’on doit l’achèvement du seul ouvrage de Najm oud-Dine Bammate baptisé « Cités d’Islam » publié en 1987.

Author

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *