Le 5 décembre 2013, le héros de la lutte contre le racisme et les discriminations en Afrique du Sud, Nelson Mandela, décède à l’âge de 95 ans. Pour lui rendre hommage, son pays natal lui organise des funérailles d’Etat dignes de son statut. 

 

Décès d’une icône

Souffrant d’une infection pulmonaire récurrente (séquelle d’une tuberculose contractée durant ses plusieurs années en prison), Nelson Mandela est hospitalisé à Pretoria en juillet 2013. Au bout de trois mois, son état s’aggrave et devient particulièrement critique. Sa famille décide alors de le ramener à la maison, à Johannesburg, où il s’éteint le 5 décembre aux alentours de 20h50.

C’est le président sud-africain, Jacob Zumba, qui annonce officiellement son décès. Quelques heures suivant cette déclaration, plusieurs centaines de personnes se réunissent devant la demeure du héros pour une veillée improvisée. Chandelles à la main, ils chantent l’hymne national et des chants anti-apartheid en scandant : « Vive Mandela ».

Sur le plan international, plusieurs dirigeants ont à l’unanimité salué « le courage, la détermination et la sagesse » de l’ancien secrétaire général de l’ONU. Son successeur, Ban Ki-Moon quant-à-lui, a rappelé son engagement au sein de l’organisation et l’a remercié d’être une « source d’inspiration » pour le monde.

 

Funérailles d’Etat

Le 8 décembre 2013, le gouvernement invite ses citoyens à rejoindre « les salles, les églises, les mosquées, les temples, les synagogues » pour une journée de prière et de réflexion sur la vie de Madiba.

Une cérémonie est ensuite organisée en son honneur le 10 décembre au FNB Stadium, à Soweto. Bien que le corps du défunt ne soit pas sur place, elle attire tout de même une foule immense. Parmi eux, quelques chefs d’Etat et de gouvernement : François Hollande, Dilma Rousseff et Barack Obama qui a marqué l’événement avec sa poignée de mains avec son homologue Raùl Castro.

Du 11 au 13 décembre, le corps de Nelson Mandela est exposé au grand public dans l’amphithéâtre de l’hôpital militaire aux Union Buildings, à Pretoria. Au cours de ces trois jours, environ 100.000 personnes sont venues saluer, une dernière fois, la dépouille du héros entouré de garde d’honneur.

Après dix jours de deuil national, les funérailles d’Etat n’ont finalement lieu que le 15 décembre à Qunu, dans la province de Cap oriental en présence de 4.500 invités.

Author

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *