Le 23 novembre 1249 est marqué par l’accession au pouvoir de Al-Malik al-Mu`azzam Tûrân Châh, dernier sultan ayyoubide effectif d’Egypte. Son règne durera jusqu’en mai 1250.

 

Sa montée sur le trône

Le 22 novembre 1249, son père, Malik al-Salih Ayyoub, décède alors que Damiette est prise par le roi de France, Louis IX, lors de la 7e croisade. Mais pour éviter que l’Egypte tombe dans le désordre et que les croisés n’en profitent pour entrer au Caire, Chajar ad-Durr, la femme d’Ayyoub, garde confidentielle la nouvelle de la mort de celui-ci. Cela laisse aussi assez de temps à  Tûrân Châh, le seul fils encore en vie, de retourner de Diyarbakır où il se trouve.

Ainsi, elle donne provisoirement le pouvoir à Fakhr al-Dîn ibn al-Sheik, l’émir et généralissime considéré comme un homme de confiance et un sage administrateur. Mais la nouvelle finit par se répandre en Egypte et parvient aux Croisés qui sont déjà en direction vers Mansourah, 3 jours avant le décès d’Ayyoub. Ces derniers s’emparent rapidement de la ville malgré la résistance de l’émir.

Le nouveau sultan n’atteint l’Egypte que le 27 février 1250. Dès le lendemain, il dirige son armée  vers Mansourah et assiège aussitôt la vie. Les croisés finissent par capituler et leur roi se fait emprisonner. En plus de la restitution de Damiette, Tûrân Châh réclame une importante rançon aux Francs en échange de sa libération, ce que ces derniers finissent par accepter.

 

Un court règne

Dès son arrivée au pouvoir, Tûrân Châh commet des maladresses dans sa façon de gouverner. Il place aux commandes du sultanat ses favoris et leur confie les fiefs sous contrôle des mamelouks. Par ailleurs, il menace les chefs mamelouks et réclame à sa belle-mère, Chajar ad-Dur, les domaines que son père lui a offerts. Pourtant, ce sont les mamelouks qui ont aidé Malik à prendre le pouvoir 10 ans auparavant et ils sont également les artisans de la victoire face aux croisés à Mansourah.

En colère, des mamelouks menés par l’officier Baybars décident de l’éliminer. Le 2 mai 1250, après un banquet organisé par le jeune sultan, ils l’attaquent dans sa tente. Le sultan essaie tant bien que mal de les contrer mais sans succès, ils sont bien plus nombreux. Il arrive toutefois à s’enfuir et court vers le fleuve, espérant trouver au rivage une embarcation pour se sauver. Malheureusement, aucun navire n’est passé et il est rapidement rattrapé par ses assaillants qui le tue de sang froid.

Author

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *