L’anthropologue des religions, Malek Chebel s’éteint à Paris le 12 novembre 2016, à l’âge de 63 ans. Il a consacré sa vie à défendre et à promouvoir « l’islam des lumières ».

 

Un intellectuel   

Malek voit le jour sur les rives de la Méditerranée, à Skikda. Major de sa promotion, il obtient une bourse qui lui permet de poursuivre ses études à l’Hexagone en 1977 où il collectionne les doctorats : psychopathologie clinique et psychanalyse (1980), ethnologie (1982), sciences politiques (1984). Grâce à cette polyvalence, il est sollicité tant en Europe, qu’aux Etats-Unis ou dans les pays arabes à participer aux débats, conférences et séminaires.

 

Un islam moderne

Soucieux de défendre la liberté sous toutes ses formes, Malek s’est employé à véhiculer une image plus libérale de l’islam. Pour lui, « l’islam est compatible avec tous les systèmes politiques et également la démocratie ».

Il plaide ainsi pour une relecture moderne de l’islam et de ses traditions dans ses ouvrages tels que : Islam et libre-arbitre (2003), Manifeste pour un islam des lumières (2004), ou encore Préface de l’islam, passion française. Une anthologie (2005). Par ailleurs, il lève aussi le voile sur la culture propre à l’islam notamment sur les relations entre les sexes dans L’esprit de sérail, Mythes et pratiques sexuelles au Maghreb (1988), Encyclopédie de l’amour en islam (1995), Du désir (2000), Le kama-sutra arabe (2006)…

A ce travail de psychanalyste et d’historien s’ajoute aussi celui de traducteur. En effet, après dix ans de travail, mêlant recherches et nombreux entretiens (avec des juristes, érudits, linguistes..), il publie une nouvelle traduction « plus accessible à tous » du Coran en 2009.

 

Une notoriété sans fin

Malek décède en 2016 des suites d’un cancer mais il laisse derrière lui une notoriété assurée. Et pour continuer à faire connaitre son œuvre, Mikaïl, son fils, a mis sur pied en 2017, une fondation portant le nom de Malek Chebel. Il envisage aussi d’ouvrir, dans un proche avenir, un musée où il pourra exposer la collection de Corans anciens (plus de 150 exemplaires) appartenant à son père.

Author

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *