Le 31 octobre 683, la Kaaba, le lieu de pèlerinage à La Mecque, est enflammée durant le siège de la ville en septembre-novembre de la même année lors de la 2ème Fitna ou guerre civile islamique.

 

Rivalités

À la mort de Mu’awiya I, le fondateur du califat omeyyade en 680, le monde musulman connaît de grandes perturbations internes. Bien que le souverain ait déjà nommé son fils, Yazid I pour lui succéder, cette décision n’est pas reconnue à l’unanimité, notamment par les élites de Médine.

Ces derniers contestent en effet une éventuelle succession des omeyyades au pouvoir. Mais pour éviter d’être forcés à revenir sur leur position et leur déclaration, les deux principaux prétendants au califat prennent la fuite et se réfugient à La Mecque lors de l’accession de Yazid au pouvoir : il s’agit d’Alid Husayn ibn Ali (petit-fils de Muhammad (psl)) et Abadallah Ibn al-Zubayr.

Après la mort d’Husayn en 680, c’est al-Zubayr qui devient le principal rival des omeyyades. Il dénonce ainsi le règne de Yazid depuis le sanctuaire de la Mecque, sans pour autant revendiquer ouvertement le califat. Aussi appelé « le fugitif du sanctuaire », Al-Zubayr insiste pour que le calife soit choisi de façon traditionnelle, à savoir par une assemblée tribale, et non par les omeyyades.

 

Le siège de la Mecque

Lorsque les élites médinois dénoncent publiquement le calife et expulse des familles omeyyades, Yazid envoie 12 000 syriens pour neutraliser l’opposition. Les deux camps s’affrontent durant la bataille d’Al-Harrah, le 26 août 683, qui se solde par la prise de la ville par les vainqueurs : les ommeyades.

Plus tard, l’armée du calife dirigée par le lieutenant ‘Ḥuṣayn ibn Numayr al-Sakūnī part pour La Mecque. Elle entre dans la ville en septembre 683 et demande à Ibn al-Zubayr et ses partisans de se rendre mais ceux-ci refusent. Sachant que le poste de commandement de ces derniers est établi sur le terrain de la grande mosquée, les troupes de Yazid passent à l’offensive. Elles assiègent alors la ville en se servant notamment de puissantes catapultes pour la bombarder de pierres.

Pendant le siège, le dimanche 31 octobre, la Kaaba, dotée d’une structure en bois recouverte de matelas, prend feu. Sous la pression de la chaleur, la pierre noire sacrée finit même par éclater. Certaines sources attribuent cet incendie aux ommeyades et affirment que ce n’est pas la première fois qu’ils s’en prennent à ce lieu sacré. D’autres avancent plutôt la thèse d’un accident : le feu aurait été causé par un flambeau, tenu par l’un des fidèles d’Ibn al-Zubayr et qui a été emporté par le vent vers le bâtiment. Quoi qu’il en soit, il faut attendre la fin du siège, le 26 novembre de la même année, pour que la reconstruction de la Kaaba soit lancée par Ibn al-Zubayr.

Author

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *