Le 23 octobre 2011, un violent tremblement de terre ravage l’est de la Turquie. C’est la plus forte secousse jamais enregistrée depuis le tremblement de terre de 1999.

 

Un puissant séisme

Ce jour-là, en début d’après-midi, à 13h41 (heure locale), la terre se met à trembler en Turquie. L’épicentre du séisme est localisé à 19 km au nord-est de la province de Van, une zone située dans la partie orientale du pays. Le séisme est assez puissant puisqu’il affiche une  magnitude de 7,2 sur l’échelle de Richter. Les secousses sont ressenties à 250 km à la ronde incluant les villes du Nord de l’Iran (Khoi, Salmast, Maku) jusque dans la capitale arménienne.

 

Un très lourd bilan

Les villes de Van et Ercis sont les plus durement touchées par le séisme. 3 jours après la catastrophe, le bilan officiel fait état de 596 morts et 4150 blessés. Côté infrastructure, l’électricité et les lignes téléphoniques sont coupées au niveau de la région sinistrée. Par ailleurs, de nombreux bâtiments et habitations ne forment plus que des tas de gravats. Selon le Croissant rouge Turc, près d’une centaine de bâtiments sont complètement détruits à Ercis et au moins une dizaine dans la ville de Van.

Devant l’ampleur des dégâts, les autorités turques déploient des moyens importants tels que des bulldozers, des hélicoptères, avions gros porteur, ambulances mais également des centaines de secouristes appuyés par l’armée. La communauté internationale se mobilise également pour venir en aide à la Turquie. De nombreux pays offrent ainsi leur assistance y compris l’Arménie et Israël, deux pays qui entretiennent pourtant des relations particulièrement tendues avec Ankara. Il est à noter que la Turquie est régulièrement secouée par des tremblements de terre. En 1999, un séisme d’une magnitude de 7,6 a fait 17 000 morts et a causé des dégâts très importants dans le pays.

Author

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *