Il y a 25 ans, le nom de Smaïl Yefsah s’ajoute à la triste liste des journalistes assassinés en Algérie entre 1993 et 1998.

 

Un militant de la culture amazighe

Smaïl Yefsah voit le jour le 29 octobre 1962 à Tala Amara. Il entre à l’Université d’Alger afin d’étudier les sciences politiques puis fait ses premiers pas dans l’univers du journalisme en travaillant pour le compte de la télévision algérienne. Brillant, il gravit rapidement les échelons et accède au poste de sous-directeur de l’information.

En novembre 1988, il diffuse pour la première fois à la télévision algérienne un reportage journalistique réalisé en langue amazighe et non en arabe comme le voulait l’usage. « Dans mon reportage, j’ai fait parler les témoins de la guerre, les anciens moudjahidine, les vieux et les vieilles de nos montagnes, en amazigh » confie-t-il à son ami Smail Medjeber, un autre militant de la culture amazighe.

 

Un horrible assassinat

A l’heure où l’Algérie sombre dans une guerre civile, en 1991, Smaïl profite de son statut de journaliste pour critiquer ouvertement les intégristes religieux. Mais cet engagement le met en danger puisqu’il reçoit des menaces de mort en direct à la télévision.

Deux ans plus tard, ses détracteurs passent à l’acte. Le 18 octobre 1993, comme à l’accoutumé, Smaïl quitte son domicile situé dans le quartier de Bab Ezzouar pour se rendre à son lieu de travail. En rejoignant sa voiture dans le parking, un groupe d’individus l’attaque subitement en lui assénant de nombreux coup de couteaux. Et, avant de prendre la fuite, les assaillants lui tirent 3 balles au niveau de l’abdomen. Il décède, quelques heures après l’attaque, à l’hôpital de Belfort.

Smaïl est inhumé dans son village natal alors qu’il allait fêter ses 31 ans une dizaine de jours plus tard. Pour lui rendre hommage, la cité des 2068 logements, là où a eu lieu cet odieux assassinat, porte désormais le nom du journaliste. Et une stèle est érigée à son honneur dans ce même quartier lors du dix-huitième anniversaire de son assassinat, en 2011.

Author

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *