Le 17 octobre 1244, les ayyoubides infligent une cuisante défaite aux croisés venant du royaume de Jérusalem lors de la bataille de Forbie au Nord-Est de Gaza.   

 

Contexte

C’est la capture de Jérusalem par les khorezmiens en août 1244 qui déclenche cette rivalité entre les musulmans et les chrétiens. Ainsi, Al-Mansur, émir de Homs, et An-Nasir Dâ’ûd régnant sur la Transjordanie (sous domination ayyoubides) se sont alliés aux Hospitaliers, aux Templiers, aux Teutoniques et aux autres forces du royaume de Jérusalem pour s’opposer à l’armée égyptienne. Cette dernière, quant à elle, est renforcée par des Khorezmiens et commandée par l’émir Baybars.

L’armée égyptienne, dirigée par ce jeune mamelouk, est largement moins nombreuse, car la cavalerie d’Al-Mansur est composée de 2 000 hommes avec un détachement des troupes de Damas. Son allié, Gautier IV de Brienne, comte de Jaffa et d’Ascalon dispose, quant à lui, de 1 000 cavaliers et de 6 000 fantassins. À cela s’ajoutent les forces alliées transjordaniennes composées de près de 2 000 cavaliers.

 

Déroulement de la bataille

La bataille de Forbie ou de Harbiyah débute le matin du 17 octobre 1244 lorsque les croisés décident d’attaquer les rangs des khorezmiens, au lieu de rester sur la défensive. Mais malgré plusieurs tentatives de la part des troupes adverses, les égyptiens parviennent à tenir leur position.

L’affrontement se poursuit, et au matin du 18 octobre, Baybars envoie des khorezmiens contre les damascènes pour briser avec succès le centre des troupes alliées. En position de force, ils en profitent pour progresser : les égyptiens menacent les chrétiens par le centre tandis que les khorezmiens les attaquent sur leur flanc, ce qui va conduire à la victoire décisive des ayyoubides. Ainsi, plus de 5 000 croisés périssent et 800 autres sont faits prisonniers. Seuls al-Mansur, 280 cavaliers, 33 Templiers, 27 Hospitaliers, et 3 Teutoniques survivent.

Grâce à leur victoire face aux croisés, les égyptiens renforcent leur position de domination. Et en 1260, après un soulèvement des sultans mamelouks, Baybars commence à régner sur l’Egypte et va même transformer le royaume de Jérusalem, déjà affaibli, en une petite bande côtière. La bataille de Forbie de 1244 marque ainsi la chute de la puissance chrétienne au Proche-Orient.

Author

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *