Le 10 octobre, on commémore la naissance de Sélim Ier, surnommé « le Brave », 9ème sultan ottoman, fils de Bayézid II.

 

Ses premières années de pouvoir

Après l’abdication de Bayézid II en 1512, ses trois fils se disputent la succession mais c’est Sélim qui arrive à la tête de l’Empire. Après avoir éliminé les autres prétendants au trône, il nomme Soliman, son fils le plus compétent, héritier au sultanat.

Les ottomans suivant les enseignements de la religion sunnite, Sélim lance une bataille contre Ismail Ier qui prône le chiisme dans l’Est du royaume. Par solidarité, les qizilbash, partisans d’Ismail attaquent les ottomans en Anatolie mais le sultan réussit à les vaincre et à les soumettre avant d’affronter Ismail lors de la bataille de Chaldiran, à Euphrate, le 23 août 1514. Sélim s’en sort victorieux et concentre son attention sur l’annexion des royaumes kurdes et turkmènes d’Anatolie.

 

La conquête de l’Égypte

Conquérant invétéré, Sélim Ier entre en guerre contre les mamelouks qui occupent la Syrie et l’Égypte et soumettent les Dulkadir. Lors des batailles au nord d’Alep et au mont Mokattam, près du Caire, le 24 août 1516 et le 22 janvier 1517, il gagne contre l’armée des mamelouks, annexant ainsi la Syrie, l’Égypte, le Hedjaz et la Palestine.

À la suite de ces victoires, le chérif de La Mecque offre au sultan les clés de la ville sainte en signe de reconnaissance de ce sultan comme le souverain du monde arabe. Sélim Ier décède en 1520 et est succédé par son fils Soliman Le Magnifique.

 

Author

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *