Le 8 octobre 1216 marque le décès d’El Malik Al-Zahir Ghazi, 3ème fils de Saladin, il gouverne Alep de 1186 à 1216.

 

Une lutte fratricide

El Malik Al-Zahir Ghazi voit le jour aux environs de l’an 1171. Il est désigné gouverneur d’Alep vers 1186,  par son père Saladin, alors qu’il n’avait seulement que quinze ans. Parallèlement à cette nomination, ses deux frères, Al-Afdhal et Al-Aziz deviennent les maîtres de Damas et d’Egypte.

Au lendemain de la mort de Saladin en mars 1193, ces derniers se déclarent la guerre voulant chacun étendre leur principauté. De son côté, Al-Zahir fait preuve de sagesse en s’abstenant de toute intervention. Il décide de se préoccuper davantage des mouvements des croisés autour de la principauté d’Antioche que des querelles de ses frères. Une lutte fratricide dans laquelle s’immisce volontiers leur oncle Al-Adel afin d’assouvir ses propres ambitions.

 

Sur deux fronts

En soutenant Al-Aziz, Al-Adel parvient à prendre Damas le 3 juillet 1196. Mais après le décès d’Al-Aziz en 1198, Al-Zahir et Al-Afdhal décident de faire front commun contre leur oncle et mettent le siège à Damas dès l’année suivante. En fin stratège, Al-Adel réussit à créer des dissensions dans les rangs de ses assiégeants ce qui met un terme au siège six mois plus tard.

Après cette défaite, les deux frères s’allient une seconde fois en 1201 pour tenter d’assiéger une nouvelle fois Damas mais leur oncle réussit encore à les brouiller. Al-Zahir retourne alors à Alep et consacre son énergie à contrer l’avancée des croisés. En 1197, apprenant les projets de Bohémond III d’attaquer Lattaquié et Jabala, il fait détruire les deux ports empêchant ainsi le prince d’Antioche d’en tirer avantage. En 1202, il anéantit par embuscade un groupe de 300 cavaliers menée par Renard II de Dammartin se dirigeant vers Antioche. Et, trois ans plus tard, il ordonne qu’on détruise totalement la ville de Lattaquié à défaut de pouvoir assurer sa défense sur le long terme.

A plusieurs reprises, Al-Zahir n’hésite pas à prêter main forte à ses frères musulmans. En 1207, assiégé par les croisés, l’émir de Homs Mujadid Shirkuh II lui demande de l’aide. En réponse, il envoie aussitôt des troupes qui vont contraindre les croisés à abandonner le siège. Il se porte également au secours des ismaéliens lorsque Bohémond IV met le siège à la citadelle de Kawabi en 1213. Malheureusement, le gouverneur d’Alep rend l’âme le 8 octobre 1216.

Author

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *