En 1582, le pape Grégoire XIII lance sa réforme de calendrier en prenant en compte la différence entre l’année calendaire et l’année solaire.

 

Avant le calendrier grégorien

En -46 A.J.C., Jules César conduit une réforme donnant naissance au calendrier julien qui compte 365 jours et 12 mois pour chaque année. Tout comme aujourd’hui, une année débute le 1er janvier et les années bissextiles sont déjà intégrées.

Même si l’Église du Moyen-Age reconnaît ce système de décompte, elle tient à associer l’an 0 à la naissance de Jésus Christ, une technique devenue quasiment universelle et appliquée jusqu’à aujourd’hui.

Toutefois, au début de la Renaissance, les astronomes mettent le doigt sur l’écart de 11 minutes et 14 secondes entre l’année calendaire et l’année solaire. Ses retards cumulés, il faudra donc avancer d’une dizaine de jours.

 

Grégoire XIII et sa réforme

Dans sa réforme, le pape Grégoire XIII institue 365 jours par an contre 366 tous les 4 ans. Cependant, seules les années divisibles par 400 sont considérées comme bissextiles et elles se reproduisent tous les 4 ans. Des 11 minutes et 14 secondes d’écarts relevés avec le calendrier julien, cette réforme ramène la différence à seulement 25,9 secondes.

D’un autre côté, le pape a tenu à rattraper les dizaines de jours de retards cumulés et c’est ainsi que les Romains se sont couchés le 4 octobre 1582 pour se réveiller, le lendemain, le 15 octobre 1582. Cette réforme s’est étendue dans le pays pour devenir un calendrier quasiment universel. A ce jour, seuls 5 pays n’utilisent pas le calendrier grégorien : l’Ethiopie, l’Iran, le Népal, l’Afghanistan et le Vietnam.

Author

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *