Le 19 septembre 1893, les efforts de la suffragette Kate Sheppard finissent par payer et la Nouvelle-Zélande devient le premier pays au monde à accorder le droit de vote aux femmes.

 

Une pétition de 270 mètres de long

Dans sa lutte acharnée pour l’égalité des droits entre homme et femme, Kate Sheppard, celle qu’on surnomme la « Mère des suffragettes », réunit près de 32.000 signatures de femmes dans une pétition de 270 mètres de long. À l’époque, cet effectif représente plus d’un quart des femmes adultes de la Nouvelle-Zélande. Après la présentation de ce document signé au parlement néo-zélandais, le pays devient la première nation à accorder le droit de vote aux femmes, même si elles ne pourront se présenter aux élections qu’en 1919.

 

Un exemple suivi par les autres pays

Jusqu’à la fin du XIXe siècle, la Nouvelle-Zélande reste le seul pays à autoriser les femmes dans les bureaux de vote. Elle sera ensuite suivie par l’Australie et d’autres pays du Nord. En France, les femmes n’obtiendront le droit de voter qu’en 1944 et à Liechtenstein, le dernier en Europe, cela date de 1984. Les dernières femmes à avoir obtenu ce droit de s’exprimer aux suffrages sont celles de l’Arabie Saoudite en 2015.

Author

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *