Le 13 septembre 1993, marque la signature des accords d’Oslo à Washington, un grand pas vers la résolution du conflit israélo-palestinien.

 

Des négociations secrètes

Avant de parvenir à ces accords, les deux parties multiplient les contacts dans plusieurs endroits de la Norvège. Au total, entre le mois de janvier et août 1993, on compte une dizaine de rencontres menées en secret sous la médiation américaine.

Le 9 septembre de la même année, le président du comité exécutif de l’OLP (Organisation de Libération de la Palestine) Yasser Arafat adresse une lettre au premier ministre israélien Yitzhak Rabin. Dans cette lettre, il reconnaît le droit d’Israël à vivre dans la paix et la sécurité tout en affichant sa volonté de privilégier la voie des négociations pour régler les questions en suspens. Dès le lendemain, par le biais d’une lettre, Yitzhak accepte de négocier avec l’OLP et la reconnaît ainsi comme le représentant du peuple palestinien.

 

Une poignée de main historique

La signature de la Déclaration de principes dite « accords d’Oslo » se déroule le 13 septembre à Washington. Pour l’occasion, la pelouse sud de la maison blanche accueille de nombreux journalistes et pas moins de 3.000 invités dont des personnalités politiques comme les anciens présidents américains Jimmy Carter et Georges Bush.

Les accords stipulent la mise en place d’une autorité palestinienne assurant l’administration de la bande de Gaza et la Cisjordanie pour une durée de 5 ans. Par ailleurs, ils prévoient l’organisation des élections afin d’élire un Conseil palestinien avant le 13 juillet 1994 ainsi que le retrait des troupes israéliennes de deux régions susmentionnées, occupées depuis 1967.

Après la signature, Yasser Arafat et Yitzhak Rabin se serrent les mains et font naître l’espoir d’une paix durable entre Israël et la Palestine. Mais l’assassinat de ce dernier en 1995 et la seconde intifada vont malheureusement porter un coup fatal à ces accords. Aujourd’hui, 25 ans après cette signature, on est encore loin de la création d’un véritable Etat palestinien indépendant.

Author

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *