Le 9 septembre 2013 marque le décès de Riazuddin, physicien d’origine pakistanaise. Il jouit d’une renommée internationale pour ses grandes contributions en physique nucléaire et des hautes énergies.

 

Un jeune intellectuel

Riazuddin voit le jour le 10 novembre 1930 dans la ville de Ludhiana au nord-ouest de l’Inde. Durant sa jeunesse, sa famille part s’installer au Pakistan suite à la partition des Indes. Il entre à l’université du Pendjab à l’âge de 17 ans où il est pris en main par Abdus Salam, son professeur. C’est grâce à ce dernier qu’il intègre en 1955 l’université de Cambridge où il décroche son diplôme de doctorat portant sur la chromodynamique quantique.

 

Une carrière internationale

Riazuddin obtient le poste d’enseignant auprès de l’université du Pendjab en 1959 avant de s’envoler aux Etats-Unis où il effectue des recherches postdoctorales au sein de l’université de Rochester. En 1966, il crée avec d’autres physiciens le « Relativity Group », un groupe de recherche basé à l’université de Chicago.  Deux ans plus tard, il est de retour au Pakistan et réalise des recherches portant sur des domaines différents à l’université Quaid-i-Azam puis revient aux Etats-Unis en 1970 pour enseigner les mathématiques à l’université du Maryland. Au cours de cette année, il part en Italie  pour rejoindre le Centre international de physique théorique (ICTP) et y fonde un autre groupe de recherche.

Un an plus tard, il débarque au Royaume-Uni où il assure une formation sur la physique nucléaire au laboratoire de Daresbury. En 1981, il enseigne la physique et les mathématiques à l’université de Virginie et de l’Iowa puis à l’université Quaid-i-Azam (Pakistan) avant de rejoindre l’Arabie Saoudite et occuper le poste de responsable du département de mathématiques et statistiques à l’université du Roi Fahd du Pétrole et des Mines. En 1998, il revient de nouveau au Pakistan et intègre le groupe Pakistan Atomic Energy Commission. C’est au sein de ce groupe qu’il participe à l’achèvement du développement des armes atomiques du pays.

 

Ses derniers travaux

A partir des années 2000, Riazuddin s’attaque aux problèmes qui n’ont pas encore été résolus en Physique. Ses travaux se portent ainsi sur les masses des neutrinos pour lesquels il conçoit une théorie mathématique en 2009. Mais à cette époque, la santé de Riazuddin commence à se détériorer le contraignant à mettre de côté ses recherches. Diminué par un cancer de la prostate, l’éminent chercheur est transféré dans un établissement de santé dans la capitale pakistanaise où il décède le 9 septembre 2013.

Author

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *