Le 5 Septembre 1997 marque le décès de Mère Teresa, religieuse catholique d’origine albanaise. Elle est mondialement connue pour ses nombreuses actions en faveur des plus pauvres.

 

Une santé fragile

La santé de Mère Teresa, aussi appelée « mère des pauvres », commence à se décliner vers la fin des années 1980. En effet, elle est victime à deux reprises d’arrêt cardiaque (en 1989 et en 1990) mais survit à chaque fois. Affaiblie, elle est contrainte d’abandonner sa fonction de supérieure générale de la congrégation de Missionnaires de la Charité mais poursuit, malgré tout, ses voyages à travers le monde. Elle décède finalement le 5 septembre 1997, en raison d’une tumeur à l’estomac, à Calcutta, en Inde.

 

Des funérailles nationales 

A l’annonce de sa mort, une immense foule s’est rassemblée au siège des Missionnaires de la Charité à Calcutta. Mais devant l’affluence des gens, les sœurs décident de transférer la dépouille de Mère Teresa à l’église St Thomas où son corps, vêtu de l’habit caractéristique de sa fondation, est placé dans un cercueil en bois avec un couvercle en verre. Durant plusieurs jours, de nombreux indiens (des personnalités et des anonymes)  s’y défilent pour rendre hommage à celle qui a consacré sa vie à lutter contre la famine et la pauvreté dans le monde.

Les obsèques n’ont finalement lieu que le samedi 13 septembre. Le cercueil recouvert du drapeau indien est placé sur un affût de canon, ayant déjà servi pour transporter le corps de Mahatma Gandhi, et remorqué par un véhicule militaire. L’imposant cortège, accompagné par onze véhicules de l’armée ainsi que des officiers et soldats d’élite, parcourt 5 km à travers la ville avant d’arriver au stade de Netaji où 15 000 invités sont présents pour assister à la cérémonie. Parmi eux, des religieux mais aussi des personnalités politiques telles que le président italien Oscar Luigi Scalfaro, le président albanais Rexhep Meidani, les reines Sophie d’Espagne et Noor de Jordanie ainsi que les premières dames Bernadette Chirac et Hillary Clinton.

Author

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *