Le 17 août 2017 marque le décès de Fadwa Suleiman, actrice et militante engagée auprès des opposants au régime de Bachar el-Assad. Très active, elle est devenue l’égérie du soulèvement syrien en 2011.

 

Ses derniers « combats »

Actrice de cinéma à succès dans le monde arabe, Fadwa Suleiman est, plus tard, plus connue comme le symbole de la révolte syrienne contre Bachar el-Assad. En effet, elle conteste l’instrumentalisation par le régime des antagonismes confessionnels. Ainsi, entre mars 2011 et mars 2012, elle sillonne la Syrie pour rallier les opposants au régime à sa cause. Par la même occasion, elle dément l’idée reçue selon laquelle toute la communauté alaouïte, qui représente 10 % des syriens, soutient el-Assad.

Dans son discours retransmis par les chaînes télévisées à Homs, bastion sunnite du soulèvement, elle affirme qu’elle veut « empêcher la révolution de devenir une guerre confessionnelle ». Ainsi, elle appelle les manifestants à continuer le mouvement pacifique jusqu’à la chute du régime et à ne pas céder au piège du conflit religieux.

Exprimant ouvertement et à visage découvert sa position, elle gagne très vite en notoriété et devient l’icône de la révolution syrienne mais cela met aussi sa vie en danger. Elle décide alors de traverser clandestinement la frontière avec la Jordanie, en 2012, avant de se rendre à Paris où elle va se réfugier définitivement.

 

Sa disparition

Cinq ans après, elle s’éteint dans la nuit du 17 août 2017 dans un hôpital à Paris, des suites d’un cancer. Mais le monde gardera en tête cette symbolique image d’elle : debout au milieu d’une foule immense qui manifeste à Homs, défiant les menaces et les armes du régime en 2011.

Author

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *