Le 4 août 1578 rappelle la prouesse de l’armée marocaine lors de la bataille des Trois Rois à Oued al-Makhazin. Cette victoire décisive face aux portugais permet au Maroc de se tailler une réputation d’invincibilité.

 

Trois rois

Dans le courant du XVIe siècle, le Portugal fait partie des pays européens qui convoitent le Maroc et ses côtes à des fins commerciales. Trois protagonistes se livrent alors une grande bataille, celle des Trois Rois : Muhammed al-Mutawakkil, sultan destitué de l’Empire qui se lie avec les portugais pour tenter de reprendre le pouvoir, Sébastien 1er, roi du Portugal, décidé à réaliser son projet d’expansion sur le royaume chérifien et Abu Marwan Abd al-Malik, sultan du Maroc ayant reversé al-Mutawakkil.

 

Une bataille sanglante

Le Portugal rassemble à la hâte une armée de 10 000 hommes, soutenue par quelque 7000 individus venant de l’Europe et une petite armée de partisans d’al-Mutawakkil. Déjà au courant de ce projet, Marwan lève une armée de 30 000 hommes, épaulée par 20 000 volontaires et quelques soldats ottomans. Avec l’aide de son successeur au trône, Ahmad al-Mansur al-Dhahabi, il met en place une stratégie de guerre bien pensée qui consiste à pousser l’armée adverse à l’intérieur des terres marocaines où les voies de ravitaillement et de retrait sont bloquées.

L’affrontement se produit le 4 août 1578 à Oeud al-Makhazin et comme prévu, Marwan commence par encercler ses adversaires. Il lance ensuite une première offensive mais celle-ci est aussi tôt repoussée par les forces portugaises. Ne se laissant pas impressionner, l’armée marocaine multiplie les attaques et réussit à prendre rapidement le dessus.

Au final, le bilan est lourd pour l’armée portugaise : des milliers de soldats tués, beaucoup d’autres capturés et le corps du roi Sébastien 1er gisant sur le sol. Quant à al-Mutawakkil, il se noie dans un ruisseau en tentant de fuir le souverain et ses hommes. Toutefois, Marwan n’aura pas le temps de savourer ce succès puisqu’il succombe, le jour-même, d’une grave maladie. Son décès n’est toutefois annoncé à ses hommes qu’après la confirmation de leur victoire.

 

Une armée marocaine fortifiée 

Cette bataille laisse une armée portugaise affaiblie et un royaume sans dirigeant étant donné que Sébastien 1er n’a pas eu d’héritiers. Pour les marocains, par contre, cette victoire marque le début d’une grande notoriété militaire et financière grâce aux sommes importantes payées par le Portugal en contrepartie de la libération des soldats faits prisonniers.

Author

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *