Le 30 juillet 2007 est marqué par la disparition de l’ayatollah Ali Meshkini, l’un des membres fondateurs de la République islamique d’Iran et Président de l’Assemblée des experts qui contrôle le guide suprême du pays.

 

Des suites d’une infection pulmonaire

C’est dans un sentiment de tristesse que le peuple iranien apprend la mort d’Ali Meshkini, le chef de l’Assemblée des experts le 30 juillet 2007. Ce jour-là, son médecin Jaffar Aslani annonce officiellement sur l’agence de presse de la République islamique (INRA) que cette haute personnalité iranienne vient de rendre son dernier souffle vers 16 h 30 dans un hôpital de Téhéran où il est soigné depuis le début du mois. Il a en effet succombé à une longue infection pulmonaire qui s’est traduite par de graves problèmes respiratoires chroniques et de complications rénales.

 

« Une grande perte » pour l’Iran

Dans un message de condoléances rapporté aussi par l’IRNA, le guide suprême du pays, Ali Khamenei, reconnait en Meshkini « un modèle pour ses étudiants et ses disciples », et qualifie sa disparition de « grande perte » pour le pays. Selon Khamenei, « il a toujours vécu une vie humble », en dépit de sa position supérieure au sein de la République Islamique d’Iran, à savoir à la présidence de l’Assemblée des experts.

Le décès de cet ayatollah et homme politique iranien marque à jamais le peuple et les autorités du pays, car il est avant tout l’un des fondateurs de la République islamique d’Iran. En plus d’être proche de l’Ayatollah Rouhollah Khomeini qu’il avait soutenu lors de la Révolution de 1979, c’est lui également qui dirigeait la prière du vendredi à Qom, la capitale religieuse de l’Iran.

Author

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *