Le 23 juillet 1999, le Maroc pleure la disparition de son roi : Hassan II. Homme de dialogue et précurseur de la civilisation universelle, il s’en est allé en laissant un nouvel espoir  au peuple marocain.    

 

Un roi épuisé par la maladie

Le 14 juillet 1999, le 21ème monarque du royaume chérifien répond présent à la célébration de la fête nationale française à Paris, bien qu’il ne parvient plus à cacher son état de fatigue devenu très inquiétant. En effet, il est déclaré atteint d’une maladie pulmonaire accompagnée de troubles cardiaques sévères quelques années plus tôt. En 1995, il est d’ailleurs admis en urgence dans un établissement spécialisé à New York mais depuis, il refuse de se faire soigner hors de son pays, ne souhaitant pas délaisser son peuple.

Malgré l’épuisement aggravé par ce voyage à l’Hexagone, Hassan II reçoit le président yéménite Ali Abdallah Saleh au palais de Skhirat le 21 juillet. Cette rencontre diplomatique marque sa dernière apparition en public puisque deux jours plus tard, il fait un malaise chez lui. Au petit matin du vendredi 23 juillet, le roi est alors transporté à la clinique royale avant d’être transféré à l’hôpital Avicenne de Rabat. Rapidement, son état se dégrade et il tombe soudainement dans le coma aux alentours de midi. Les médecins tentent tant bien que mal de relancer son rythme cardiaque mais en vain. Le souverain est déclaré mort à 16h30 suite à un infractus du myocarde massif.

 

Une cérémonie funéraire mémorable

Dans la soirée du 23 juillet, son fils, Mohammed VI s’adresse à son peuple pour annoncer officiellement le décès du roi et décrète un deuil national de 40 jours. La perte du chef d’État paralyse le Maroc, les pays voisins du Moyen-Orient et l’Europe. En effet, cet homme, bien que très critiqué, est le seul à avoir établi un système politique libéral et moderne en réduisant les disparités entre musulmans et chrétiens, Occident et Orient, opposants et partisans du régime.

Et cette ferveur populaire est bien palpable lors de la procession funèbre. Le 25 juillet, plus de deux millions de personnes se sont déplacées vers la capitale marocaine pour faire leurs adieux au roi, dont des hautes personnalités à l’instar du président américain Bill Clinton, du secrétaire général de l’ONU Kofi Annan ou encore du roi d’Espagne Juan Carlos.

Après ses funérailles, très médiatisées dans plus de 65 pays dans le monde, la dépouille de Hassan II est emmenée au Mausolée Mohammed V de Rabat où il repose auprès de son père et de son jeune frère Moulay Abdellah.

Author

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *