Le 19 juillet 711 marque la victoire écrasante du califat omeyyade sur le royaume wisigoth, durant la « bataille de Wadi Lakka », une étape importante lors de la conquête musulmane de la péninsule ibérique.

 

L’arrivée de l’armée musulmane

Après avoir conquis l’Afrique du Nord, le gouverneur omeyyade d’Ifriqiya, Moussa Ibn Noçaïr veut aller plus loin et vise l’Hispanie. Il envoie ainsi en 710, une troupe menée par Tarif ibn Malik pour découvrir et surtout pour préparer le terrain.

Un an plus tard, il déploie 7.000 soldats (principalement des berbères) pour entamer la conquête. L’armée musulmane, dirigée par Tariq ibn Zyad, débarque ainsi à Gibraltar au mois d’avril 711 et s’empare rapidement des villes avoisinantes : Cadix et Algésiras. En apprenant la nouvelle, Rodrigue, le roi des wisigoths, constitue une armée de plus de 33.000 hommes et part à la rencontre des musulmans. De son côté, Tariq se dirige vers Séville où il accueille un renfort composé d’au moins 5.000 combattants. Les deux troupes entrent en collision le 19 juillet 711.

 

Une sanglante bataille

A ce jour, le doute plane encore sur le lieu exact où s’est déroulée la « bataille du Guadalete » (pour les espagnols) ou « bataille de Wadi Lakka » (pour les arabes). En effet, certaines sources évoquent les rives du fleuve Guadalete, d’autres proposent celles de Guadarranque ou encore à proximité de la lagune de La Janda. Toutefois, toutes s’accordent sur la puissance de l’armée musulmane lors de cet affrontement.

Les musulmans ont l’avantage de connaitre parfaitement le terrain car ils sont déjà venus cartographier la zone un an auparavant. De plus, leur technique est encore méconnue des wisigoths : assauts violents suivis de retraits rapides. Lente et mal organisée, l’armée de Rodrigue peine à suivre le rythme des attaques malgré leur supériorité numérique. Par ailleurs, plusieurs corps de cavalerie décident de déserter, laissant dépourvus les flancs des wisigoths. Profitant de cette occasion, les omeyyades s’engouffrent dans la brèche et attaquent l’armée adverse de toutes parts. Après deux jours de combats sanglants, la victoire est totale pour Tariq et ses hommes.

 

Les conséquences de la bataille

Victorieuse, l’armée omeyyade poursuit sa conquête et s’empare facilement de Tolède, capitale des wisigoths, laissée sans défenses. Ceci met définitivement fin à l’empire wisigoth et marque le début, de près de huit siècles, de la présence musulmane dans la péninsule ibérique. En effet, la quasi-totalité des territoires passent sous le contrôle de Moussa et de Tariq en 716. C’est ce qui va constituer une province omeyyade appelée al-Andalus.

Author

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *