Le 18 juillet 1909 est né Mohammed Daoud Khan, le premier président de la République d’Afghanistan, de 1973 à 1978. Son arrivée au pouvoir met fin à 200 ans de monarchie.

 

Chef des forces armées

Daoud Khan voit le jour à Kaboul, en Afghanistan. Durant sa jeunesse, il intègre une école militaire avant de rejoindre Paris pour achever ses études. De retour dans son pays en 1932, il est désigné major général par le roi Nadir Shah et prend ainsi le commandement militaire de plusieurs provinces avant de diriger les forces centrales armées de Kaboul à partir de 1939.

En 1946, son oncle, le Premier ministre Shah Mahmoud Khan, le nomme ministre de la Défense mais les deux hommes ne tardent pas à entrer en conflit. Daoud est alors envoyé à Paris pour occuper le poste d’ambassadeur jusqu’en 1949.

 

Premier chef d’Etat

De retour dans son pays, le roi Zaer Shah (son cousin) le nomme premier ministre en 1953. Durant son mandat, connu sous le nom de « décennie Daoud« , il fait de la modernisation de l’Afghanistan sa priorité. Mais cette période est aussi marquée par d’importantes crises dont la plus importante est celle de 1963. En soutenant ouvertement les Pachtounes, il entre en conflit diplomatique et commercial avec le Pakistan. La crise économique qui en résulte le contraindra ensuite à abandonner son poste.

Le 17 juillet 1973, il profite de l’absence du roi pour s’emparer du pouvoir avec l’appui des militaires soviétiques. Daoud annonce alors l’abolition de la monarchie et s’auto-proclame président de la République. Une fois au pouvoir, il fait entrer au sein de son cabinet 7 membres du Parcham (un parti communiste) et attise, à cause de cela, la colère des islamistes. Pour manifester leur mécontentement, ces derniers lancent un soulèvement le 22 juillet 1975 mais l’armée parvient rapidement à le réprimer.

Daoud n’est pas pour autant rassuré puisque les rivalités entre les différentes factions communistes commencent à fragiliser son régime. Pour limiter les dégâts, le président afghan essaye de se défaire de leur influence en 1977. Mais cette décision lui sera fatale : les communistes mènent un coup d’Etat sanglant en assassinant Douad et sa famille, dans la nuit du 27 au 28 avril 1978.

Author

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *