Le 12 juillet 1151, Nur ad-Din s’empare de la dernière forteresse d’Édesse, après avoir assiégé la ville. Le comté tout entier est désormais sous son contrôle. 

 

L’arrivée de Nur ad-Din devant Edesse

Le 15 septembre 1146, Zengi, l’atabeg de Mossoul, meurt assassiné. Près d’un mois après,  les croisés profitent de la période de transition pour attaquer Édesse, le 21 octobre. La ville tombe rapidement entre leurs mains mais de nombreux soldats musulmans réussissent à se réfugier dans la citadelle. Prévenu de la situation, Nur ad-Din, le fils de l’atabeg quitte Alep pour rejoindre Édesse. Après quelques jours seulement, il arrive devant les murs de la ville avec une importante armée et de nombreux matériels prêts à l’assiéger.

 

Le siège d’Edesse

Très vite, la situation des assiégés commence à se compliquer : les vivres s’amenuisent et le reste de la garnison musulmane dans la citadelle effectue régulièrement des sorties pour menacer les habitants de la ville. Sentant que la victoire est proche, Nur ad-Din choisit de ne pas provoquer une sortie avortée des adversaires. Et sa patience finit par payer car sans solution, les occupants de la ville sont contraints d’y sortir progressivement.

Par peur d’être capturés, les croisés décident d’incendier la ville basse en espérant profiter de la confusion pour s’enfuir. Voyant cela, Nur ad-Din ordonne aussitôt à ses troupes de bloquer les sorties et de refouler les assiégés dans la ville déjà en proie aux flammes.  Le 12 juillet 1151, Nur ad-Din et ses troupes investissent les lieux et s’emparent ainsi définitivement du Compté d’Édesse.

Author

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *