Un Golden Globe de la meilleure révélation masculine en 1963 puis un Golden Globe du meilleur acteur deux ans après, Omar Sharif est une figure emblématique du cinéma international. L’icône du film  « Lawrence d’Arabie » s’est éteinte le 10 juillet 2015 à l’âge de 83 ans.

 

Le début de son aventure

Omar Sharif (de son vrai nom Michel Dimitri Chalhoub) est né le 10 avril 1932 à Alexandrie. Après avoir décroché son diplôme en mathématiques et physique à l’université du Caire, le jeune homme intègre l’affaire familiale (commerce de bois précieux) avant de s’envoler pour le Royal Academy of Dramatic Art de Londres.

De retour en Égypte à l’âge de 22 ans, Omar est aussitôt repéré par le cinéaste-producteur Youssed Chahine qui lance la carrière de ce nouveau talent avec Le Démon du désert. Deux ans plus tard, il partage le plateau de Les Eaux Noires avec la star égyptienne Faten Hamama et se convertit à l’islam pour pouvoir l’épouser en 1955.

En 1961, le réalisateur égyptien Henry Barakat le choisit pour jouer dans son film Fi Baytina Rajul (Un homme chez nous) qui raconte la résistance égyptienne face à l’invasion anglaise avant la révolution du 1952. Entre-temps, l’acteur commence à accumuler des rôles dans des productions européennes, notamment avec le film franco-tunisien Goha, primé au Festival de Cannes.

 

Une percée mondiale

L’année 1962 le propulse sur la scène internationale grâce à son personnage dans Lawrence d’Arabie. Et pour cause, il permet à Omar de remporter le Golden Globe du Meilleur Acteur dans un second rôle puis d’être nominé à l’Oscar du Meilleur Second Rôle en 1963. Trois ans plus tard, le réalisateur David Lean lui offre le rôle principal dans Le Docteur Jivago pour lequel il rafle le Golden Globe Award du meilleur acteur.

Après avoir joué dans plus de 60 films américains et européens, Omar met un terme à sa carrière cinématographique dans les années 2000. Néanmoins, il accepte de prêter sa voix au roi Aslan dans Le Monde de Narnia en 2005 puis dans le road movie O Gengis comme narrateur en 2006. Plus tard, son fils unique, Tarek El-Sharif, déclare dans une interview que son père est atteint de la maladie d’Alzheimer. Quelques mois après cette annonce, son état psychologique se dégrade, obligeant sa famille à l’interner dans une clinique privée au Caire en juin 2015.

Le 10 juillet 2015, l’acteur égyptien s’en est allé suite à une crise cardiaque mais la population égyptienne se souviendra de lui comme un homme ambitieux qui a su marquer leurs esprits grâce à son charisme et son talent inégalé.

Author

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *