Le 16 juin 1612 est né Murad IV, septième sultan ottoman de 1623 à 1640. Son règne permet à l’Empire de restaurer son autorité.

 

Son accession au pouvoir 

Né le 16 juin 1612, Murad IV succède à son oncle Mustapha Ier à l’âge de onze ans suite à la déposition de celui-ci le 10 septembre 1623. Vu le jeune âge du nouveau sultan, c’est sa mère, Kösem, qui assurera d’abord la régence jusqu’en 1632, l’année où Murad décide de prendre lui-même en main le gouvernement de l’Empire Ottoman.

Dès le début de son règne, Murad doit faire face à des révoltes et désordres au sein de son empire : des insurrections surviennent dans le nord de l’Anatolie, les Safavides attaquent l’Irak… Et en février 1632, les Janissaires (une élite d’infanterie de l’armée ottomane) se révoltent aussi. Afin de tempérer ces agitations, le sultan cède d’abord à certaines revendications de ces derniers dont l’exécution du grand vizir Hafiz Ahmed Pacha. Mais trois mois plus tard, il reprend le contrôle du gouvernement et commence à s’imposer avec des mesures plus sévères en faisant, par exemple, éliminer l’auteur présumé de la révolte.

 

Son autorité

Fort de son autorité grandissante, il tente d’éradiquer la corruption qui gagne l’empire sous les sultans précédents en réduisant avant tout les dépenses de l’Etat. Il interdit par ailleurs la consommation de tabac, de café et d’alcool. Et très souvent, lui-même, habillé en tenu civil, patrouille la nuit dans les rues d’Istanbul pour surveiller secrètement l’application de ces nouvelles règles. Et la sanction est rude pour tous ceux qui ne les respectent pas : ils sont exécutés sans aucun compromis, y compris les soldats.

Et comme la tradition ottomane de fratricide l’exige, il fait également éliminer les prétendants mâles au trône (ses frères) : il fait ainsi exécuter Soliman et Bayezid en 1635, puis Kasim trois ans plus tard afin d’anticiper les tentatives de révoltes internes et ainsi renforcer son pouvoir.

 

Ses exploits militaires

Le règne de Murad IV est d’abord marqué par la guerre turco-polonaise (1633 et 1634) ainsi que le conflit qui oppose son empire à la Perse séfévide durant près de 16 ans (1623 à 1639). Pour assurer sa victoire sur les séfévides, le sultan prend lui-même, à partir de 1635, le commandement de l’armée qu’il confiait jusque-là à ses officiers. En outre, c’est Murad IV qui accomplit la dernière grande victoire militaire de l’Empire ottoman : la reconquête de Bagdad en 1638. Et, il  révèle sa remarquable qualité de stratège quelques mois plus tard avec la prise de la Mésopotamie.

Malheureusement, son règne ne dure pas longtemps puisqu’il décède en 1640, à seulement 27 ans, suite à une cirrhose. Un événement tragique qui survient près d’un an après la conclusion du traité de paix de Qasr-i-Chirin (traçant la frontière turco-iranienne) en 1639 avec la Perse.

Author

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *