Le 4 juin 1456 marque la prise d’Athènes par les turcs ottomans, ce qui leur permet de dominer la majeure partie de la Grèce durant plus de 360 ans.  

 

Prise d’Athènes

Athènes tombe aux mains des Ottomans le 4 juin 1458 mais, contrairement à Constantinople, sa conquête ne nécessite aucun siège. En effet, le progrès des conquérants vers la ville est facilité par le conflit entre les princes byzantins et les dirigeants de Venise qui veulent à tout prix entretenir des liens commerciaux avec l’Empire Ottoman, toujours grandissant. La prise de la ville grecque est ainsi le fruit d’un traité signé entre Pacha Omar (un général ottoman) et le dernier duc d’Acciaiuoli.

 

Début de la Grèce ottomane

Durant l’occupation ottomane, la cité conquise reste la plus grande ville en Grèce continentale et fait partie des dix plus importantes villes du sud de la péninsule balkanique. Les Ottomans parviennent, en 1460, à la rénover en transformant, entre autres, l’église chrétienne du Parthénon en une grande mosquée et le beffroi en minaret. Les clergés islamiques, les cavaliers ottomans et la population musulmane dominent ainsi les terres grecques et en seront même attribués une pleine propriété. Cette domination ottomane durera jusqu’au début de la guerre d’indépendance grecque en 1821, excepté lors de la courte période où Athènes est sous contrôle vénitiens pendant deux ans, en 1687 et 1688.

La conquête ottomane de la Grèce n’est donc pas ce qu’il y a de plus dure car les turcs sont déjà présents sur le territoire dès 1456 avec la prise d’Athènes. Le vaste empire poursuit ensuite sa conquête en Europe balkanique et centrale.

Author

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *