Le 30 mai 1460, le 7ème sultan ottoman, Mehmet II s’empare du dernier territoire de l’Empire byzantin : le despotat de Morée.

 

La conquête en 1460

Deux ans après la prise de Constantinople (1458), Mehmet II se fixe un nouvel objectif : conquérir le despotat de Morée. Créé en 1349 par les Francs dans la presqu’île du Péloponnèse (en Grèce), il s’agit du dernier territoire byzantin qui échappe encore aux ottomans. Et sa conquête semble plus facile puisque le royaume est déjà fragilisé par des querelles et des luttes internes depuis des décennies. D’ailleurs, il est divisé et dirigé par deux despotes : Thomas et Démétrios, les deux frères de l’empereur Constantin XI.

Profitant de cette division, Mehmet II n’a aucun mal à s’imposer. En effet, il arrive à convaincre Démétrios de se soumettre en échange d’une somme considérable et quelques-unes des îles de l’Egée. L’autre partie du despotat tombe aussi facilement aux mains du sultan puisque le deuxième frère s’enfuit à Corfou, puis à Dubrovnik avant de rejoindre Rome. Sans aucune résistance, le despotat de Morée est ainsi totalement saisi par les troupes ottomanes le 30 mai 1460. Le sultan le transforme ensuite en une province ottomane avec toujours Mistra comme capitale.

 

Les succès qui suivent…

En s’emparant du despotat de Morée, les troupes ottomanes effacent toutes traces de l’Empire Byzantin tout en redonnant un nouveau souffle à ses habitants. En effet, sous leur autorité, Mistra devient une grande ville encore plus florissante, grâce notamment au développement de la production de soie.

Le sultan, quant-à-lui, gagne en confiance et poursuit sa conquête territoriale dès 1461 en se tournant vers l’Anatolie : il défait le bey de Candaroglu à Sinop (1464) et s’empare ainsi de l’Arménie d’Uzun Hasan puis de l’Empire de Trébizonde au cours de la même année.

Author

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *