Le 29 mai 1453 est une date historique dans la conquête arabo-musulmane : elle marque la chute de l’Empire romain d’Orient, avec la prise de Constantinople (Byzance), sa Capitale, par les Turcs ottomans.

 

Un Empire romain fragilisé

En 1453, les turcs ottomans, sous l’autorité du sultan Mehmet II, contrôlent déjà l’Anatolie et une bonne partie des Balkans. Leur nouvel objectif : la prise de Constantinople après plusieurs tentatives ratées en 1391-1392 et en 1394-1402. Cette fois, le jeune souverain compte jouer sur sa supériorité numérique pour conquérir la ville. En effet, le vestige de l’Empire romain d’Orient est désormais réduit à environ 40 000 habitants et son armée ne dispose qu’un nombre limité de soldats.

 

La prise de Constantinople

Comme prévu, l’armée ottomane arrive à assiéger facilement Constantinople dès avril 1453. Elle parvient à accoster la ville plus rapidement et à devancer ainsi l’arrivée éventuelle d’un renfort adverse. Et pour assurer la conquête, le sultan fait appel à d’importantes ressources d’artillerie dont près de 50 grosses bombardes et des centaines de canons moyens pour lancer des assauts sur les murailles de la ville, et ce durant plusieurs semaines.

Près de 120 navires du sultan renforcent le siège par la mer de Marmara et le détroit de Bosphore. L’immense flotte réussit également à entrer dans le chenal de la Corne d’Or. Après des tentatives de résistances aux offensives ottomanes, le côté adverse finit par céder le 29 mai 1453. Dès la mi-journée, Mehmet II entre dans la ville et ses troupes parviennent à éliminer l’empereur grec. Le souverain s’empare alors de Constantinople, après 54 jours de siège, réalisant ainsi l’ambition de tous les princes musulmans depuis la naissance de l’Islam.

 

Byzance devient Istanbul 

Une fois la ville conquise, le sultan Mehmet II projette de faire de Constantinople sa capitale, et souhaite lui attribuer la grandeur qu’elle mérite. Ainsi, il veille à ce que les pillages ne s’éternisent pas et fait appel à des immigrants de son empire pour rebâtir et embellir la cité. Il déplace alors sa capitale à Constantinople (Byzance) qu’il baptisera bientôt Istanbul. Avec la prise de la ville, l’Empire ottoman, devient la plus grande puissance du Proche-Orient et d’Europe réunis.

Author

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *