Le 21 mai 878 marque une étape importante dans la conquête musulmane de la Sicile :  les Aghlabides réussissent à assiéger Syracuse, ce qui débouche sur la chute de la ville.

 

Plusieurs tentatives

Dès 828, peu après leur débarquement sur l’île en 827, les Aghlabides (dynastie arabe ayant régné sur l’Ifriqiya, actuel Tunisie et Est de l’Algérie) mènent déjà des tentatives d’attaque pour saisir la capitale de l’empire byzantin : Syracuse, mais n’y parviennent pas. Malgré ce revers, ces troupes musulmanes réussissent toutefois à s’installer à l’ouest de la Sicile pour avancer peu à peu vers le centre de l’île. Une fois en place, elles relancent de nouvelles attaques en 868, 869 et 873 mais l’une après l’autre, elles se soldent par une défaite.

Deux ans après cette dernière tentative, en 875, le souverain Mohammed II meurt et est succédé par son frère Ibrahim II. Plus déterminé, le nouvel émir fait de la conquête de Syracuse sa priorité et décide, pour cela, de renforcer les troupes arabes déjà en Sicile en envoyant d’importantes forces navales depuis l’Ifriqiya. Une fois qu’elles se retrouvent sur l’île, la campagne est entamée …

 

Le siège de Syracuse en 878

L’attaque débute en 877 sous la direction de Dja’far, fraîchement nommé gouverneur par Ibrahim II. Il choisit de commencer l’opération vers l’Est de Syracuse et s’empare des forteresses aux alentours de la ville. Avec un blocus maritime et terrestre, l’armée musulmane arrive à assiéger la ville en août de la même année. Des navires byzantins tentent à plusieurs reprises de briser le siège, mais ils sont à chaque fois repoussés par les arabes qui sont dotés d’une plus grande habileté tactique.

Sans résistance sur les mers, les troupes musulmanes vont alors démolir les tours protégeant les deux ports de Syracuse. Une fois l’une des fortifications détruite, une précieuse brèche s’ouvre, c’est de là qu’elles vont progresser plus rapidement pour concentrer leurs attaques. Le côté adverse tente néanmoins de rassembler des troupes aux portes de la ville pour empêcher l’entrée des Aghlabides. Mais les musulmans, bien fournis en armes, lancent des assauts répétés, ce qui finira par défaire définitivement les byzantins. Le 21 mai 878, Syracuse tombe alors aux mains des Aghlabides, après 9 mois de siège. Cette victoire rehausse le moral des troupes et leur permet de poursuivre avec plus de persévérance leur conquête de la Sicile qui ne se termine qu’en 902 avec la chute de Taormine, dernière grande forteresse byzantine de l’île.

Author

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *