Le 15 mai, le monde arabo-musulman commémore celui qui était à la tête de nombreuses expéditions victorieuses contre les croisés en Egypte et en Syrie au 7ème siècle : Nûr ad-Din, décédé en 1174.

 

Accession au pouvoir

Nûr ad-Dîn, aussi appelé Noradin, est un souverain de la dynastie des Zengides qui règne en Syrie de 1146 à 1174. Son père meurt assassiné par un infidèle serviteur, 2 ans après la conquête d’Edesse en 1144, un événement décisif de la contre-croisade. Il laisse alors le royaume à ses deux fils, Sayf ad-Dîn Ghâzi s’installe à Mossoul, et Nur ad-Dîn à Alep. Cette succession est ponctuée de conflits, mais avec le temps, un arrangement sera trouvé entre les deux frères pour que Nur ad-Dîn prenne le contrôle du royaume.

 

Quelques-unes de ses actions contre les croisés

Une fois au pouvoir, Nur ad Din lance une série d’attaques contre la principauté d’Antioche. Il s’empare ainsi de plusieurs villes au Nord de la Syrie. Par ailleurs, il décide également de punir les arméniens d’Edesse pour avoir signé des accords d’alliance avec les croisés. Dans ce contexte, il cherche à tout prix à entretenir des liens avec ses voisins musulmans en Syrie et au Nord de l’Irak pour consolider le front contre les occidentaux. Et en 1147, à l’issue d’un traité de coopération bilatérale avec Muin ad-Din,  gouverneur de Damas, Nur ad-Din arrive à conquérir les villes de Sarkhand et de Bustra

 

La Syrie et l’Egypte unifiés par Nûr ad-Din

La vision de Nur ad-Din est d’unifier les musulmans entre le Nil est l’Euphrate sous une seule et unique autorité pour faire bloc contre les croisés. Mais la politique de Damas se présente comme un vrai obstacle à ce projet, car en 1153 le sultan de Damas, Muin ad-Din, signe des accords qui leur garantissent des protections, en contrepartie d’un tribut versé aux croisés : une politique que son successeur Mujir ad-Din poursuit encore après sa mort. Profitant de la colère des Damascènes  envers leur sultan, Nur ad-Din parvient à obtenir la complicité des habitants pour renverser en 1154 Mujir ad-Din et intégrer Damas à son Etat.

Une fois la Syrie unifiée, il compte maintenant élargir son territoire en Égypte. Profitant des luttes de pouvoir interne dans ce pays, il s’empare d’Ascalon pour afficher sa détermination à s’attaquer au pays des pharaons. En 1163, devant l’offensive menée par le roi de Jérusalem Armaury Ier contre  l’Egypte, Nur ad-Din décide, de son côté, de mener des campagnes contre les croisés en Syrie et en Palestine pour faire diversion. A partir de 1164, il envoie à trois reprises des troupes dirigées par Shîrkûh et son neveu Saladin, fils d’Ayyûb. Cinq ans après, en 1169, l’Egypte est sous son contrôle.

Ainsi, les dernières années de règne de ce souverain sont notamment marquées par les expéditions qu’il entreprend en Égypte de 1164 à 1169. Le 15 mai 1174, Nûr ad-Dîn, à 59 ans, meurt d’une fièvre et est succédé par le jeune Saladin, désormais à la tête d’un vaste territoire incluant à la fois l’Égypte et la Syrie.

Author

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *