Théâtre de nombreuses attaques lors des Croisades, la ville d’Arsouf est conquise par le sultan mamelouk Baybars le 26 avril 1265.

 

L’histoire mouvementée d’Arsouf avant Baybars

En 1099, les croisés attaquent à deux reprises la ville d’Arsouf. En 1101, elle tombe entre les mains de Baudouin Ier, le premier roi de Jérusalem, soutenu par la flotte génoise. Au mois d’août 1187, Saladin assiège la ville, mais il la libère suite à la bataille sanglante du 7 septembre 1191 durant laquelle son armée perd face à celles des anglais menée par Richard Coeur de Lion. Vingt ans après la construction de la célèbre Forteresse d’Arsouf, les Hospitaliers achètent la ville et s’y installent.

 

La chute d’Arsouf

Au cours de la première moitié de 1265, Baybars entame de nombreuses expéditions. Après la prise de Césarée le 27 février et la prise de Caïffa le 5 mars, le sultan mamelouk assiège la ville d’Arsouf le 26 avril. Mais les 270 chevaliers Hospitaliers résistent à l’assaut en se réfugiant dans la forteresse.

Face à leur détermination persistante, Baybars leur propose de se rendre en échange de la vie sauve. Les chevaliers acceptent le marché, mais le sultan les fait aussitôt captifs. Cette prise marque la chute d’Arsouf. La forteresse tombe en ruine et seul un petit village réussit à subsister au bout de cette ultime attaque de la ville.

Author

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *